Les Morsures du froid
Format
Broché
EAN13
9782702440964
ISBN
978-2-7024-4096-4
Éditeur
Le Masque
Date de publication
Collection
Grands Formats
Nombre de pages
400
Dimensions
23 x 15 x 2 cm
Poids
474 g
Langue
français
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

L’hiver 1951 est le plus rude que Boston ait jamais connu. Un an après le braquage de la Brinks, des stalactites de glace se forment sur les escaliers de secours de Scollay Square et des clochards sont couchés sur des bancs du Boston Common. Et, à Dorchester, où une grande plaque de verglas s’étend dans la baie, le corps nu d’une femme est retrouvé ; la dernière victime suspectée d’un serial killer surnommé le Boucher de Boston.   
À l'image de leur ville envahie par les brumes, deux amis d’enfance, Cal O’Brien et Dante Cooper, luttent pour oublier les fantômes du passé. Cal, ancien soldat, essaie de faire marcher sa nouvelle entreprise de sécurité sans sombrer dans l’alcoolisme qui lui a coûté son poste dans la police. Dante, lui, est un héroïnomane qui tente désespérément de rester clean. Lorsqu’ils apprennent que le cadavre découvert n'est autre que la sœur de la défunte femme de Dante, ils comprennent qu’il est temps de faire quelque chose de bien, pour une fois dans leur vie.
 Les deux hommes se lancent alors à la recherche du tueur, se frayant un passage dans le monde sombre des chefs mafieux jusqu’aux coulisses du pouvoir. D’autres meurtres s’ensuivent alors que les deux héros de fortune poursuivent la justice, entravés par leurs propres faiblesses et par la morsure perpétuelle du froid bostonien.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Isabelle Maillet
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Librairie L'Armitière)
8 janvier 2017

Entre le " Dahlia Noir" de James Ellroy et les romans de Dennis Lehane.... Un très grand roman noir.

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Douglas Graham Purdy
Plus d'informations sur Thomas O'Malley