www.leslibraires.fr
Fritna
Format
Broché
EAN13
9782259191340
ISBN
978-2-259-19134-0
Éditeur
Plon
Date de publication
Nombre de pages
228
Dimensions
22 x 14 x 2 cm
Poids
337 g
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Sabibliothèque
    État de l'exemplaire
    Légères marques de lecture et/ou de stockage mais du reste en très bon état - Envoi rapide et soigné dans une enveloppe à bulle depuis France
    Format
    in8. broché. 240 pages. Un vol. couv. imprimée int. frais. Ma mère ne m'aimait pas. Ne m'avait jamais aimée me disais-je certains jours. Elle dont je guettais le sourire - rare - et toujours adressé aux autres la lumière noire de ses yeux de Juive espagnole elle dont j'admirais le maintien altier la beauté immortalisée dans une photo accrochée au mur où dans des habits de bédouine ses cheveux sombres glissant jusqu'aux reins d'immenses anneaux aux oreilles une jarre (on disait une gargoulette) de terre accrochée au dos tenue par une cordelette sur la tête elle ma mère dont je frôlais les mains le visage pour qu'elle me touche m'embrasse enfin elle ma mère ne m'aimait pas. - G.H. Dans une réflexion à la fois intimiste et profonde la mal-aimée tente l'analyse de ce manque obsédant et de ses traces. Tout ce que je suis tout ce que j'ai fait c'est peut-être parce que ma mère ne m'aimait pas. Livre d'émotion mais aussi de violence où le mythe de l'amour maternel vole en éclats et où malgré les substituts se construit une personnalité en révolte contre l'injustice
    8.99(Occasion)
"Ma mère ne m'aimait pas. Ne m'avait jamais aimée, me disais-je certains jours. Elle, dont je guettais le sourire - rare - et toujours adressé aux autres, la lumière noire de ses yeux de Juive espagnole, elle dont j'admirais le maintien altier, la beauté immortalisée dans une photo accrochée au mur où dans des habits de bédouine, ses cheveux sombres glissant jusqu'aux reins, d'immenses anneaux aux oreilles, une jarre (on disait une gargoulette) de terre accrochée au dos tenue par une cordelette sur la tête, elle, ma mère dont je frôlais les mains, le visage pour qu'elle me touche, m'embrasse enfin, elle, ma mère, ne m'aimait pas." - G.H.
Dans une réflexion à la fois intimiste et profonde, la mal-aimée tente l'analyse de ce manque obsédant et de ses traces. "Tout ce que je suis, tout ce que j'ai fait, c'est, peut-être, parce que ma mère ne m'aimait pas." Livre d'émotion mais aussi de violence où le mythe de l'amour maternel vole en éclats et où, malgré les "substituts", se construit une personnalité en révolte contre l'injustice.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Gisèle Halimi