Pérégrinations. Paysages entre nature et histoire
  •  
Format
Broché
EAN13
9782754108645
ISBN
978-2-7541-0864-5
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
Beaux-Arts
Nombre de pages
284
Dimensions
31 x 27 x 4 cm
Poids
3088 g
Langue
français

Pérégrinations. Paysages entre nature et histoire

De

Hazan

Beaux-Arts

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Le paysage n’existe que dans l’œil de celui qui le regarde. Il faut donc suivre les pas de l’homme en marche si l’on veut comprendre comment notre rapport au monde et à l’histoire se dessine : par la confrontation de l’individu et de la nature. Car le paysage, c’est la nature éprouvée : nature traversée, nature possédée, nature sublimée, nature terrifiante, nature qui échappe à qui tente de la conquérir. L’artiste qui s’adonne au genre du paysage nous offre bien plus qu’une simple représentation de morceaux de nature. Il se fait archéologue, scrutant comme dans un livre le sol où affleure la mémoire de l’histoire humaine, sous forme de traces.
Ecrire l’histoire du paysage à l’époque contemporaine c’est aussi faire le constat d’une relève : celle qui voit, à partir du début du XIXe siècle, la peinture de paysage se substituer progressivement à la peinture d’histoire afin de porter le grand récit de l’humanité dans ses tentatives de connaître et de façonner le monde. Un genre s’épuise, un autre s’épanouit afin d’explorer d’autres formes de représentation, et d’interrogations.
Lorsque le sculpteur français David d’Angers, contemplant La Mer de Glace dans l’atelier de Caspar David Friedrich, à Dresde, dit que le peintre est l’inventeur d’un genre nouveau, « la tragédie du paysage », c’est cela qu’il désigne. Cette manière, qui va traverser toute la période contemporaine, de faire du paysage le lieu de l’enfouissement et de l’émergence de l’histoire.
Parce que l’histoire devient un présent qui saute à la gorge – révolutions, guerres, massacres, génocides –, les artistes se tournent de façon privilégiée vers le paysage comme une forme capable d’accueillir l’innommable en son sein et d’exprimer ce qui aveugle, terrifie, ou fascine. Peintres, dessinateurs, photographes, de Goya à Sophie Ristelhueber, d’Otto Dix à Zoran Music et Anselm Kiefer, vont s’affronter au paysage comme à ce lieu où peut se manifester l’inquiétude de l’homme face à l’histoire. Mais aussi son désir, ses croyances, et sa liberté.
Ce sont les étapes de cette aventure de l’homme au monde que nous suivons dans cet ouvrage : paysages de ruines, paysages en guerre, paysages où l’on foule une histoire oscillant entre affleurement et invisibilité, paysages qui nous confrontent à l’indifférence du monde, sont quelques-uns des thèmes qui racontent les pérégrinations inquiètes de l’homme contemporain marchant dans le monde à la recherche de sa propre trace.
C’est enfin une méditation personnelle sur la nécessité qu’éprouvent tant d’artistes, aujourd’hui, d’avoir recours au paysage pour affronter ce que le XX° siècle nous a légué de plus terrible : l’anéantissement sans traces. Le paysage s’impose comme l’une des formes majeures, pudique et émouvante, de l’histoire contemporaine.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Pierre Wat

Dossiers relatifs