Mais qui est la mère?
  •  
Format
Broché
EAN13
9782352046820
ISBN
978-2-35204-682-0
Éditeur
Les Arènes
Date de publication
Collection
AR.ENQUETES
Nombre de pages
291
Dimensions
22 x 14 x 2 cm
Poids
408 g
Langue
français
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

Avant, un couple infertile adoptait.
Avant, un couple homosexuel vivait sans enfants.
 
Aujourd’hui, ces foyers peuvent accueillir leur bébé conçu avec leur sperme ou leurs ovocytes implantés dans l’utérus d’une tierce personne, souvent étrangère et inconnue. Avec le mariage pour tous et la raréfaction de l’adoption, cette pratique est appelée à exploser. 
 
La GPA (gestation pour autrui) est interdite en France. Pourtant, en 2011, le pays comptait déjà 200 enfants, nés hors été civil et livret de famille, contre 120 en 2007.
 
Enquête sur une question inédite  pour l’humanité : MAIS QUI EST LA MÈRE  ?
 
UN DÉBAT DE CIVILISATION TOTALEMENT INÉDIT
MAIS QUI EST LA MERE détaille cette pratique encore méconnue et ses enjeux, objet de débats homériques, soulevant des questions inédites dans l’histoire de l’Homme. Qui est la mère  ? Quels sont les liens entre les  uns et les autres  ? L’enfant doit-il connaître sa génitrice  ? Faut-il rendre obligatoire le maintien d’un contact entre eux  ? Quels sont les risques pour le bébé  ? Pour la femme porteuse  ? Faut-il payer  celle-ci ? Seulement la défrayer  ? Qu’en est-il de la donatrice d’ovocytes  ? L’enfant a-t-il un prix  ? Ces femmes sont-elles exploitées  ? Le droit international va-t-il supplanter les droits nationaux  ? Six scientifiques (médecins, juristes, psychologues) aux opinions divergentes ont accepté de confronter leurs positions pro ou anti et d’alimenter un débat dépassionné et éclairé.
 
RÉINVENTER LA CELLULE FAMILIALE
Des femmes traitées pour le cancer n’ont plus utérus ni ovocytes. Une gestatrice et une donneuse d’ovocytes leur offriront un enfant. Des gays désirent un ou deux enfants portés à l’autre bout du monde ou en France par une amie malgré l’interdiction. Les Anglaises disent le faire par altruisme. Les Américaines assument de le faire pour l’argent. MAIS QUI EST LA MÈRE  ? rassemble leurs témoignages tissés d’espoirs, de joies, de déceptions et de douleurs. Celle de Virginie apprenant à 16 ans que sa mère ne l’a pas portée. Ou de Pattaramon, jeune Thaïlandaise, qui a porté les jumeaux d’Australiens refusant l’un des deux, trisomique. Dans un monde où tout est possible et où tout s’achète, l’homme réinvente littéralement la cellule familiale. 
 
UN TOURISME DE LA PROCRÉATION
Pratique universelle, la GPA varie selon les pays. Commerciale et assumée comme telle aux Etats-Unis ou en Russie, présentée comme altruiste en Grèce et en Angleterre, vendue en séjours all inclusive en Ukraine ou au Mexique, strictement encadrée par l’Etat (Israël) ou laissée dans le flou (Belgique, Pays-Bas et Scandinavie), cette pratique engendre un véritable tourisme procréatif. Alors, la France doit-elle maintenir son interdiction pour éviter toutes les dérives ? Ou bien l’autoriser dans un cadre strictement éthique  ? A minima, reconnaître les enfants nés ainsi à l’étranger  ? 22 ans après son interdiction, la GPA va inévitablement revenir dans le débat public.
S'identifier pour envoyer des commentaires.