Démons me turlupinant
Format
Broché
EAN13
9782070128297
ISBN
978-2-07-012829-7
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche (1)
Nombre de pages
272
Dimensions
20 x 14 x 1 cm
Poids
305 g
Langue
français
Langue d'origine
français

Démons me turlupinant

De

Gallimard

Blanche

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Sabibliothèque
    État de l'exemplaire
    French édition - Ancien livre de bibliothèque recyclé tamponné étiquetté qui présente des plis marques de manipulations et/ou de lecture sur la couverture et/ou les pourtours mais reste en bon état d'ensemble. Expédition soignée avec su
    Format
    20x14x2cm. Broché. 272 pages.
    9.00(Occasion)

Autre version disponible

«Enfance bruxelloise. L'école où, catatonique d'ennui, je regardais par la fenêtre la pluie tomber. Week-ends à Ostende avec l'ombre d'Ensor tout proche. Ma grand-mère était folle. Hystérique façon Charcot. Mon Tonton, lui, donnait plutôt dans le légèrement psychopathique. Et mon père était prêt à partir n'importe où : Argentine, Amérique... N'importe où, du moment que c'était loin... Foutons le camp, qu'il disait... Tout ce petit monde n'allait pas très bien. Notre médecin de famille était psychiatre, c'est dire... Alors moi, à force, je suis d'abord devenu névrosé, et ensuite, bien plus tard, analyste... Et entre-temps, à l'adolescence fraîche et joyeuse comme la guerre du même nom, j'ai tenté de rejoindre les Tupamaros en Uuguay. J'ai fini sous une tente, dans la montagne, du côté de Briançon... Enfin, pour faire injure au temps qui passe, et vaincre mes obsessionnelles inhibitions, après mon analyse et grâce à elle, je me suis forcé à écrire. À écrire malgré tout. Un roman ? Un roman oui, si l'on veut... Mais un roman dont seule la psychanalyse serait alors l'héroïne et la profonde trame.» Patrick Declerck.
«Enfance bruxelloise. L'école où, catatonique d'ennui, je regardais par la fenêtre la pluie tomber. Week-ends à Ostende avec l'ombre d'Ensor tout proche. Ma grand-mère était folle. Hystérique façon Charcot. Mon Tonton, lui, donnait plutôt dans le légèrement psychopathique...»
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Patrick Declerck