www.leslibraires.fr
Une jeune fille perdue dans le siècle à la recherche de son père, UNE JEUNE FILLE PERDUE DANS LE SIÈCLE À LA RECHERCHE DE SON PÈRE
Format
Broché
EAN13
9782878589795
ISBN
978-2-87858-979-5
Éditeur
Viviane Hamy
Date de publication
Collection
LITTERATURE ETR
Nombre de pages
248
Dimensions
21,1 x 13,4 x 1,8 cm
Poids
298 g
Langue
français

Une jeune fille perdue dans le siècle à la recherche de son père

Une Jeune Fille Perdue Dans Le Siècle À La Recherche De Son Père

De

Viviane Hamy

Litterature Etr

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Le Roi Lire
    19.00

Autre version disponible



— C’est votre fille ? — Non, répondis-je. Je l’ai trouvée dans la rue. J’ai déjà demandé dans des magasins : personne ne sait qui elle est. Personne ne l’a jamais vue dans le quartier. Elle est à la recherche de son père. Elle s’appelle Hanna. Il y a une institution qui accueille ce genre d’enfant, je vais l’y conduire.

Cette rencontre déterminante, dictée par le hasard, va bouleverser la vie des deux protagonistes.

Marius – qui jusque-là fuyait un danger inconnu – décide de prendre Hanna sous son aile et de l’aider à retrouver son père. Un détail retient son attention : la jeune fille tient entre ses mains une boîte contenant une série de fiches dactylographiées destinées à l’« apprentissage des personnes handicapées mentales. » Mais cette définition, handicapée mentale, s’applique-t-elle vraiment à la situation de la jeune fille ? Rien n’est moins sûr.

Une odyssée moderne et initiatique commence alors, portée par l’écriture « quasi hallucinée » propre à Gonçalo M. Tavares.

« Une jeune fille perdue dans le siècle à la recherche de son père permet des lectures multiples. On peut lire les aventures (ou les mésaventures) de Hanna comme le portrait d’une jeune trisomique. Ou comme le parcours énigmatique proposé par un conte de fées, avec ses prodiges et ses terreurs, son atmosphère de cauchemar en toute lucidité, sa royale ambiguïté, son inoubliable épiphanie. » Alberto Manguel, El País
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Gonçalo M. Tavares