Au vu des circonstances exceptionnelles auxquelles nous faisons face, nous avons décidé de suspendre temporairement la possibilité de passer commande de livres papier sur leslibraires.fr. Nous maintenons en revanche la vente d'ebooks. Pour tout savoir sur les ebooks, notre aide en ligne se trouve ici

La terre de l'insolence / une anthropologie des conflits, Une anthropologie des conflits
1 autre image
EAN13
9782251448367
ISBN
978-2-251-44836-7
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Nombre de pages
284
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
360 g
Langue
français

La terre de l'insolence / une anthropologie des conflits

Une anthropologie des conflits

Les Belles Lettres

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

Une analyse anthropologique des conflits, mettant en évidence l’importance des structures tribales, des formes idéologiques et des cadres psychiques dans la progression des groupes djihadistes.
L’avènement de l’État islamique a soulevé deux questions majeures, apparemment indépendantes : comment expliquer l’attractivité d’une idéologie djihadiste au sein d’une société tribale ? Comment rendre compte de la fascination que la médiatisation du djihad peut exercer auprès d’une certaine frange de la jeunesse occidentale ?
Pour répondre à ces questions, Nicolas Israël se livre à une analyse anthropologique des conflits, mettant en évidence l’importance des structures tribales, des formes idéologiques et des cadres psychiques dans la progression des groupes djihadistes. Face à une telle progression, la réponse occidentale qui s’appuie principalement sur une stratégie de restauration d’un État souverain risque d’exacerber les conflits au lieu de les apaiser.
The advent of the Islamic State has raised two major and seemingly unrelated questions: how can a tribal society find anything appealing in jihadist ideology, and what accounts for the fascination of a certain fringe of Western youths for the media coverage currently enjoyed by the jihad?
To answer these questions, Nicolas Israel undertakes an anthropological study of conflicts, highlighting the significant role that tribal structures, ideological forms, and psychological frameworks play in the rise of jihadist groups. In confronting such progress, the Western response, which relies primarily on a sovereign State restoration strategy, is more likely to exacerbate the conflicts than to alleviate them.

Nicolas Israel, who holds an agrégation and a PhD in Philosophy, is an Associate Professor teaching preparatory classes for the grandes écoles, and an accredited research director (HDR). He is the author of Spinoza : le temps de la vigilance (2001), and Généalogie du droit moderne, l’état de nécessité (2006). His work on political philosophy has led him to focus his anthropological research on the issue of the fight against insurgency and terrorism.
Les exemples développés dans cet ouvrage conduisent à l’énoncé d’une thèse iconoclaste, particulièrement critique à l’égard du state building : en voulant mettre sur pied un « État-Léviathan » dans des sociétés tribales, les Occidentaux ne feraient que nourrir les conflits et se condamneraient à l’échec.
S'identifier pour envoyer des commentaires.