La révolution des accablés, Les Maîtres de la destinée, T3
Éditeur
Evidence Editions
Date de publication
Collection
Farfadet
Langue
français

La révolution des accablés

Les Maîtres de la destinée, T3

Evidence Editions

Farfadet

Offres

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9791034807826
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99
(Adapté aux lecteurs dyslexiques)

Alors que Chris et Adam ont obtenu les deux premiers Œufs Primitifs, ils souhaitent mettre en place un Nouvel Ordre des Maîtres de la Destinée et se mettent en quête d'autres adolescents appelés par un incroyable avenir. Rewan, quant à lui, part en quête de sa réelle identité...

Sur Terre, tout semble apaisé. Pourtant, une nouvelle menace plane : Addix Q, un sombre immortel, a pour projet de réduire à néant l'univers tel qu'on le connaît.

Enfin, à Immortalia, la Révolution est en marche... Après la mort du roi Unliquaan, la victoire semble proche pour les troupes d'Erevan. Pourtant, d'autres rivaux viendront l'empêcher de retrouver son trône. La troupe des Accablés est-elle en mesure de remporter la bataille ?

***

Extraits :

Addix Q n'était ni un être à part entière ni une ombre. Il n'était ni mort ni vivant et n'avait jamais connu d'existence autre que celle–ci. Ce n'était pas un vampire, un zombie ou une autre de ces créatures d'outre–tombe. Était–il une réincarnation manquée ? Cela était peu probable. C'était une alliance de particules solides et gazeuses à la fois. Des molécules se touchant les unes aux autres sans jamais réussir à s'assembler. Un corps d'électrons libres, proches les uns des autres, se déplaçant ensemble sans pourtant réussir à former un seul élément.

Pourtant, comme n'importe quel mortel, Addix Q pensait, rêvait, agissait, parlait... Il avait des sentiments, ressentait des sensations, était sensible aux émotions et pouvait même utiliser et se servir d'objets solides.

D'apparence, on aurait pu le prendre pour une silhouette humaine sur la ligne de l'horizon. Vous savez, quand le soleil brille tellement fort que nous sommes obligés de plisser les yeux pour discerner les corps. On voit alors les ombres lointaines se séparer, comme déformées par l'éblouissement. Son image était tellement floue qu'il était impossible de savoir s'il avait un visage...
S'identifier pour envoyer des commentaires.