Kiosque, roman
Format
Broché
EAN13
9782246803805
ISBN
978-2-246-80380-5
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature Française (5)
Nombre de pages
288
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
275 g
Langue
français
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

Sept années durant, de 1983 à 1990, jusqu’à l’avant-veille du prix Goncourt, un apprenti-écrivain du nom de Jean Rouaud, qui s’escrime à écrire son roman  Les Champs d’honneur, aide à tenir rue de Flandre un kiosque de presse.
A partir de ce «  balcon sur rue  », c’est tout une tranche d’histoire de France qui défile  : quand Paris accueillait les réfugiés pieds-noirs, vietnamiens, cambodgiens, libanais, yougoslaves, turcs, africains, argentins  ; quand vivait encore un Paris populaire et coloré (P., le gérant du dépôt, anarcho-syndicaliste dévasté par un drame personnel  ; Norbert et Chirac (non, pas le maire de Paris  !)  ; M. le peintre maudit  ; l’atrabilaire lecteur de l’Aurore  ; Mehmet l’oracle hippique autoproclamé  ; le rescapé de la Shoah, seul lecteur du bulletin d’information en yiddish…)
Superbe galerie d’éclopés, de vaincus, de ratés, de rêveurs, dont le destin inquiète l’  «écrivain  » engagé dans sa quête littéraire encore obscure à 36 ans, et qui se voit vieillir comme eux.
Au-delà des figures pittoresques et touchantes des habitués, on retrouve ici l’aventure collective des lendemains de l’utopie libertaire post soixante-huitarde, et l’aventure individuelle et intime d’un écrivain qui se fait l’archéologue de sa propre venue aux mots (depuis «  la page arrachée de l’enfance  », souvenir des petits journaux aux couvertures arrachées dont la famille héritait de la part de la marchande de journaux apitoyée par la perte du pater familias jusqu’à la formation de kiosquier qui apprend à parler «  en connaissance de cause  ».)
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Fontaine Sèvres)
20 février 2019

Un vendeur n'est pas nécessairement un vulgaire boutiquier : un écrivain peut toujours se dissimuler sous l'habit d'un kiosquier. Jean Rouaud, prix Goncourt 1990, fût durant sept années marchand de journaux à Paris. Ce boulot sans qualification n'était pas une ...

Lire la suite

par (Fontaine Sèvres)
19 février 2019

Un vendeur n'est pas nécessairement un vulgaire boutiquier , un écrivain peut toujours se dissimuler sous l'habit d'un kiosquier. Jean Rouaud , prix Goncourt 1990 fût durant sept années marchand de journaux à Paris . Ce boulot sans qualification n'était ...

Lire la suite

par (Librairie l'Esperluète)
15 janvier 2019

Magnifique

Le propos est intelligent, à la fois récit poétique (le cinquième) de la vie de l'écrivain, mais aussi essai sur la création, embrassade du quotidien et de l'extraordinaire de moments minuscules. Mais il y en aurait d'autres comme ça, des ...

Lire la suite