Fugues
Format
Broché
EAN13
9791094565483
ISBN
979-10-94565-48-3
Éditeur
Marguerite Waknine Éditions
Date de publication
Collection
Le cabinet de dessins
Nombre de pages
60
Dimensions
22 x 15 x 0 cm
Poids
100 g
Langue
français
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Fuguer n’est pas une mince affaire. Il peut s’agir de fuir son domicile ou d’entreprendre une escapade sans conséquence. La fugue est également, bien sûr, une écriture musicale. Singulièrement, la suite des dessins de Marie Mirgaine apporte sa pierre à l’édifice que constitue cette longue et savante histoire de la fugue. Comme en musique, effectivement, les créations de Marie Mirgaine ont la rigueur d’une suite d’imitations ouvrant la voie à l’alternance d’un thème qui s’enchaîne à travers la reprise (comme on le dit d’un canon pour le chant) : reprise et répétition de couleurs, de formes et d’impulsions articulées les unes aux autres. Ainsi se consitutent des dynamiques, des trajectoires où chaque nouveau mouvement des personnages en fuite (en fugue) reprend certains aspects des précédents pour obtenir pleinement l’accomplissement de ses propres énergies. Il y a même là une sorte d’ardeur, on pourrait dire, ce qui ne saurait nous étonner, si l’on songe un instant à la racine de ce mot fugue, de l’italien fuga, dont l’une des variantes :
foga, a produit le mot fougue. Et plus encore : la fugue fait également écho aux notions de jointures et d’ajustements, agencement ou combinatoire de parties, le propre même, à bien y regarder, des compositions dessinées de Marie Mirgaine dont la technique, comme elle l’explique elle-même, est d’ajuster, d’organiser, en les superposant les uns aux autres, des morceaux de papier de toutes espèces. À n’en pas douter, il s’agit donc ici d’un art (cet ars, cette habilité, cette technique) dont la signification repose en son fond sur les notions d’assemblage et d’organisation. D’un art dont l’objet, peut-être, serait d’échapper par la fugue (la fuite vers nulle part) à l’immobilité, au poids cadavérique de la mort même, pour mieux lancer un hymne à l’impulsion, à la poussée de la vie, dont le rythme relèverait à la fois de la pulsion d’un chœur et du battement du cœur.
S'identifier pour envoyer des commentaires.