www.leslibraires.fr
Format
Broché
EAN13
9782869583030
ISBN
978-2-86958-303-0
Éditeur
École Française d'Athènes
Date de publication
Collection
MONDES MEDITERR
Nombre de pages
494
Dimensions
22 x 20 cm
Poids
700 g
Langue
français

Le «retour des Grecs de Russie

Identités, mémoires, trajectoires

École Française d'Athènes

Mondes Mediterr

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


"
Cet ouvrage examine les raisons qui, après la fin de la guerre froide,
ont poussé des personnes et des populations entières, installées en
Ukraine – ainsi que dans d’autres républiques d’ex-Union soviétique –
depuis des siècles, à revendiquer une origine grecque et à élaborer des
projets de migration de «retour7; vers la Grèce. Il étudie les migrations
grecques vers l’Empire russe où des Grecs, dans leur grande majorité
ressortissants de l'Empire ottoman, se sont installés en nombre dès le
XVIIIe s. Dans un second temps, il analyse les migrations de retour
diasporiques et les migrations économiques transnationales d’Ukraine –
et d’autres républiques d’ex-Union soviétique –, vers la Grèce et vers
Chypre, dès la fin des années 1980. Il retrace, en particulier,
l’histoire d’un groupe diasporique, les Grecs de Mariupol, et essaye
d’analyser pourquoi il n’y a pas eu de «retour7; collectif de ces Grecs
vers la «mère-patrie imaginée7;.
This book explores the reasons which pushed individuals and entire
communities residing in Ukraine and in other former Soviet republics for
centuries to claim their Greek origin after the end of the Cold War and
endeavour “return” migration to Greece. The book provides a historic
background, tracing Greek migrations to the Russian Empire where the
Greeks, mainly from the Ottoman Empire, settled in large numbers in the
18th and 19th centuries. It then analyses diasporic return migrations
and transnational economic migrations from Ukraine and other former
Soviet republics to Greece and Cyprus since the late 1980s. The book
focuses on the history of one diaspora group in particular, namely, the
Mariupol Greeks, and discusses the reasons why there has been no
community “return” migration in the case of these Greeks to the
“imagined motherland”.
"
S'identifier pour envoyer des commentaires.