À vos ordres, colonel Parkinson!
Éditeur
Québec Amérique
Langue
français

À vos ordres, colonel Parkinson!

Québec Amérique

Offres

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9782764438381
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    8.99
Je ne sais pas à quoi tu as pensé quand tu as choisi de t'en prendre à moi, Parky, mais tu as vraiment raté ton coup. Pire encore, tu me procures un sujet pour écrire un nouveau livre. Je ne sais pas ce que ton patron pensera de toi, mais tu as fait une erreur de débutant. Autant faire vivre une peine d'amour à un chanteur country : il en profitera pour composer de nouvelles chansons et finira par te remercier. (...) Vous voulez aller au restaurant, vraiment, même si vous avez perdu le sens du goût?? Drôle d'idée. Vous savez sans doute qu'on vous offrira un potage (je prendrai plutôt un jus de légumes, merci) et que votre épouse sera obligée de trancher votre steak?? Vous n'auriez pas plutôt une bonne tranche de tofu?? Tant qu'à ne rien goûter, autant manger sainement. Le plaisir qu'il y a à tourner des spaghettis autour de votre fourchette ne sera plus qu'un lointain souvenir. Vous utiliserez bientôt une cuiller à soupe non pas pour vous aider à tourner vos pâtes, mais pour les porter à votre bouche. Il vaut mieux se préparer des repas maison, vous avez raison. Il vous faudra alors râper du fromage, couper du pain, peler des carottes, écaler des œufs, battre une omelette... Vous devrez bientôt confier quelques-unes de ces tâches à votre épouse si vous désirez manger à une heure raisonnable, ce qui vous permettra de profiter de sa compagnie. Tout n'est pas perdu. Pendant qu'elle taillera les carottes en juliennes, vous manipulerez sans trop de mal le tire-bouchon et vous utiliserez votre main gauche pour verser le vin. Il vaudra mieux cependant utiliser les deux mains pour porter votre verre à vos lèvres : on n'est jamais trop prudent, et il ne faudrait pas gâcher ce précieux médicament qui contient douze mille éléments susceptibles de ralentir la progression de la maladie. C'est du moins ce que m'a dit mon médecin, et je n'ai pas de raison de douter de sa parole.
S'identifier pour envoyer des commentaires.