Aurore, Les Roses pourpres
Format
Broché
Éditeur
Au loup Editions
Date de publication
Langue
français

Aurore

Les Roses pourpres

Au loup Editions

Offres

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9791093950693
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    4.99

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9791093950693
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    4.99

Autre version disponible

Aurore arrive au mois d'avril dans un nouveau lycée en province et elle est confrontée à quelques difficultés, d'autant plus qu'elle doit cacher ses étranges facultés...
Une rentrée au mois d'avril dans un lycée de province inconnu. C'est une journée difficile pour Aurore.
Entre sa confrontation avec le caïd du lycée, sa rencontre avec Charlotte et Cassy et l'intérêt que lui porte l'énigmatique Malec, il lui sera difficile de garder secrètes ses étranges facultés.
Les vrais problèmes surviennent lorsque le grand-père de Cassy se fait enlever sans raison apparente. C'est une course contre la montre qui commence alors. Et si tout était lié à la disparition d'un tableau aux origines inconnues ?
Les ravisseurs pensaient avoir tout prévu. Ils ignoraient que la mystérieuse Aurore n'était pas une jeune fille tout à fait comme les autres.
Mais ils allaient vite le comprendre...
Entre suspense et rebondissements, ce roman fantastique vous emmène dans une course contre la montre palpitante après un enlèvement et la disparition d'un tableau aux origines inconnues...
EXTRAIT
Le jeune homme resta bouche bée devant l'aplomb de la nouvelle aux cheveux magnifiques et au teint d'albâtre. Il se devait de reconnaître que c'était un sacré beau brin de fille, mais il n'allait pas commencer par se laisser intimider par cette empêcheuse de tourner en rond au physique avantageux.
— T'aurais jamais dû faire ça. T'as pas idée de ce qui t'attend ! proféra-t-il.
Elle fit quelques pas en direction du garçon arrogant et dédaigneux qui représentait à lui seul toutes les caractéristiques de ce qu'elle détestait chez la gent masculine. Elle ne le quitta pas du regard, ne voulut surtout pas lui donner le plaisir de baisser les yeux, lui faire croire qu'elle le craignait :
— Je n'ai pas l'habitude de me laisser marcher sur les pieds. Non, ce n'est pas mon style. J'étais dans mon droit. Si tu n'es pas content de la taille de ton casier, tu sais à qui t'adresser, mais pas à moi, je n'y suis pour rien !
Elle rejoignit Charlotte qui avait assisté à une partie de la scène et qui restait là à la regarder, comme si elle était une extra-terrestre.
— Ben quoi ?
— T'as réussi à faire sauter son cadenas. Comment t'as fait ?
— Un vieux truc de serrurier.
Cassy arriva, elle aussi impressionnée après que Charlotte lui eut relaté les faits.
S'identifier pour envoyer des commentaires.