Le Crépuscule d'Aesir, Roman fantastique
Éditeur
Plume Blanche Editions
Date de publication
Langue
français

Le Crépuscule d'Aesir

Roman fantastique

Plume Blanche Editions

Offres

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9791094786574
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    4.99
La dernière lignée atlante, cachée aux confins des monts de Thulé après un cataclysme, doit faire face à une attaque imprévue aux portes de leur citadelle de pierre et de glace nommée Æsir.
Deux siècles auparavant, un effroyable cataclysme a ravagé le monde et mis fin à la domination de l'empire colonial d'Atlantis. Aux confins des monts de Thulé, se dresse Æsir, une citadelle de pierre et de glace, qui défie les éléments et abrite la dernière lignée atlante. Hors d'atteinte des peuples barbares, les Æsirains voient soudain leur destin les rattraper. Des hordes menaçantes arrivent à leurs portes par les chemins des cols. Ce sont des hommes sauvages, étranges, surpuissants, tous vêtus de noir, esclaves d'un être malfaisant qui pratique une magie plus malfaisante encore. Aldéric, l'ambitieux gardien des cimes et Viviana, la jeune fille du commandeur, voient leurs espérances balayées par un vent de mort...
Les Æsirains pourront-ils faire face à ces êtres sauvages menés par une magie maléfique ? Découvrez cet univers fantastique sombre et envoûtant, peuplé de menaces et de dangers et guidé par l'espérance !
EXTRAIT
Aucun doute ne subsistait concernant les intentions belliqueuses de ces gens, ils venaient pour faire la guerre. Æsir s'en allait être assiégée, ou peut-être pire...
— Il est inutile et fort périlleux de lancer des forces à leur rencontre... Laissons-les approcher, avec le peu d'équipements qu'ils ont, ils ne pourront tenir un siège convenable. Ils ne disposent d'aucune machinerie pour enfoncer nos murs, ils seront dans le froid, entre la pierre et le vide.
Ainsi parlait Erkör. Ses jeunes lieutenants, tout comme ses vieux conseillers, secouaient le chef. Ils songeaient que l'Æsirain qui se trouvait à leur tête, en ces circonstances, avait la carrure d'un homme d'armes en plus de la sagesse d'un érudit.
Erkör avait le cheveu fin, presque blanc, qui nimbait ses traits anguleux d'une aura d'irréalité. Ses larges épaules et sa haute taille le gratifiaient d'une prestance que partageaient nombre de ses concitoyens bien qu'on ait remarqué que, sous les rigueurs du froid, les générations d'Æsirains allaient en gagnant de la robustesse au mépris de la stature. Leurs femmes étaient solides, girondes. Seuls l'éclat laiteux de leur peau et leurs longues tresses illustraient la délicatesse de leur féminité. On eût pu croire qu'en un élan mimétique les Æsirains avaient volé au cœur de la roche granitique, blanchie de givre, des cristaux d'améthyste, de fluorine ou de saphir pour en sertir leurs yeux. En eux, l'étincelle de l'intelligence brillait fort.
S'identifier pour envoyer des commentaires.