Format
Broché
EAN13
9782917504406
ISBN
978-2-917504-40-6
Éditeur
La Barque
Date de publication
Nombre de pages
64
Dimensions
22 x 16 x 0 cm
Poids
1 g
Langue
français

que j'appellerais comme

La Barque

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Deuxième livre de poèmes de Karine Marcelle Arneodo (poète et traductrice du japonais). Accompagné d'œuvres de Pier Paolo Calzolari et d'une postface de Luciana Rogozinski.
Cette fois, le conditionnel du titre esquisse d’entrée la possibilité d’un personnage en attente d’un nom, à moins qu’il ne s’agisse d’un titre en attente donné au recueil. « C’est tout bonnement qu’il fallait que tu vives », peut-on y lire. D’un classicisme apparent, le livre se déplie le long d’une échelle où des prénoms-pronoms justement surgissent (Mireille, Kôrin... à côté de « il », « elle », « je », « tu »), avec un début et une fin qui se répondent. Comme si les noms des deux auteurs se trouvaient être ceux-là même qui se trouvaient au cœur de ce jeu d’appels et d’appellations. La langue y est au plus juste, d’une musicalité étonnante, d’une épure sensible recouvrée.
S'identifier pour envoyer des commentaires.