www.leslibraires.fr
Celle que j'aimais, Romance coréenne
Éditeur
Decrescenzo
Date de publication
Langue
français

Celle que j'aimais

Romance coréenne

Decrescenzo

Indisponible

Autre version disponible

**Suivez une relation amoureuse hors du commun et bercée par la musique, sur
fond de consommation de masse !**

_Celle que j’aimais_ conte l’histoire d’un amour absolu et atypique qui
n’aurait jamais pu exister sans le concours d’une recherche d’emploi et d’un
job somme toute cocasse. Les amoureux se cherchent, se trouvent, se perdent,
se retrouvent sur fond d’une Corée du Sud rattrapée par la consommation de
masse. Heureusement la musique est là pour adoucir les mœurs et pour ceux que
le monde moderne effraie, ce roman bercé par les airs de Schubert et des
Beatles est un plaidoyer pour l’amour et l’amitié.
Dans la vie comme dans ses romans, Park Min-kyu laisse libre cours a son
imagination débridée. Auteur coréen iconoclaste, il défraie régulièrement la
chronique et a reçu de nombreux prix littéraires.

**Découvrez une romance contemporaine imaginative et touchante, issue de la
plume de Park Min-kyu, un auteur coréen primé !**

EXTRAIT

Cette voix résonna dans mon cœur comme une faible hallucination auditive.
Puis, mon cœur se tut et je ne présentai aucune excuse. J’ai ralenti le pas
quelques instants et délicatement j’ai épousseté la neige de ses cheveux et de
son écharpe. Malgré sa timidité, elle m’a imité. Comme deux bonhommes de neige
face à face en train de s’amadouer, nous nous sommes regardés. Et sans un mot,
je l’ai embrassée. Tout cela me semblait brutal et cependant prévu depuis
longtemps. Bien qu’elle fût aussi glacée qu’une infante défunte, nous sommes
restés ainsi, figés sous la neige. De l’autre côté de la clôture, à la pointe
d’un poteau en fer, une girouette au motif de coq a produit un cling
métallique puis s’est orientée dans notre direction. La clôture à la peinture
écaillée supportait des ampoules de Noël qui, telles des lucioles tantôt
éteintes tantôt luminescentes, avaient remplacé le panneau « Fermeture
provisoire » affiché là un mois auparavant. Tout à la fois mortes et
étincelantes de vie, ces lucioles ont été une bénédiction pour nous.
Son cœur qui battait à tout rompre, je ne l’oublierai jamais. Il semblait
greffé sur ma poitrine ou plutôt, il semblait battre à l’intérieur de mon
corps. Assis dans un coin du café à côté d’une fenêtre, je sentais son cœur
battre frénétiquement en moi comme un écho de loin en loin, malgré que nos
mains fussent séparées maintenant. Le crépitement des bûches dans la cheminée,
le glougloutement d’une eau qui bouillait quelque part, le vent de décembre
qui tapait à la fenêtre... et l’oscillation de la pancarte accrochée à
l’entrée... et le battement...
…le battement de son cœur.

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Park Min-kyu** est un jeune auteur qui nous raconte le monde capitaliste
d'aujourd’hui avec un ton plein d’humour et des personnages pas toujours à
leur avantage, victimes de la société dans laquelle ils vivent. Son style
d’écriture hors du commun rappelle l’extravagance de l’auteur lui-même.
S'identifier pour envoyer des commentaires.