Petit traité de médecine légale
Éditeur
FAGE
Date de publication
Collection
DILACERATIO CORPORIS
Langue
français

Petit traité de médecine légale

Fage

Dilaceratio Corporis

Offres

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9782849756034
    • Fichier EPUB à mise en page fixe, avec Marquage en filigrane
    6.99

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9782849756027
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    6.99

Autre version disponible

Dilaceratio Corporis est une collection dirigée par Nicolas Delestre sous la responsabilité éditoriale de Laurence Loutre-Barbier On est en proie à l'impensable : la mort du fait d'une cause non naturelle. Nul n'est préparé à cette mort-là, elle est imprévisible, il peut s'agir d'un accident intérieur ou extérieur au corps, d'un meurtre, d'un suicide... Alors on doit savoir, on doit comprendre et c'est la raison pour laquelle intervient le médecin légiste, ce médecin qui n'intervient pas pour soigner mais pour aider à comprendre pourquoi et comment la mort a gagné sur la vie. Son travail a bien des égards est complexe. Il est extrêmement technique, réglementé, nécessite des connaissance pointues, de la précision et une bonne dose d'humanité. Michel Durigon, avec ce Petit traité de médecine légale, dans un corpus bref, nous sensibilise à un métier délicat et nous donne les clés pour le comprendre. Il présente ce qu'est la médecine légale, comment elle est organisée et il développe les cas primordiaux. Il y a un glossaire aussi, indispensable outil pour nommer ces signes qui s'identifient sur un corps mort. Michel Durigon, né en 1942 est médecin légiste Il se spécialise en anatomie et cytopathologie, médecine légale, dommages corporels, médecine pénitentiaire. Très tôt « plongé dans les autopsies scientifiques et médico légales à une époque ou cet exercice était très fréquent, il intègre en 1985, la médecine légale en milieu hospitalo-universitaire à l'hôpital de Garches (APHP) puis en 1994 la médecine légale clinique, en collaboration avec la toxicologie de Garches et les empreintes génétiques. Il est nommé expert à la Cour d'Appel en 1974, puis agréé par la cour de Cassation en 1987. De nombreuses missions d'enseignement et de recherches le conduisent en Algérie, Maroc, Bénin, Centrafrique, Burundi, Égypte.
S'identifier pour envoyer des commentaires.