www.leslibraires.fr
Un messatge imperiau, E racontes mei
Format
Relié
EAN13
9782868661500
ISBN
978-2-86866-150-0
Éditeur
PER NOSTE
Date de publication
Nombre de pages
107
Dimensions
2 x 1 x 0 cm
Poids
160 g
Langue
occitan (après 1500)
Langue d'origine
allemand

Un messatge imperiau

E racontes mei

De

Traduit par

Per Noste

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Revirat de l'alemand per Elisa HarrerFranz Kafka (1883-1924), l’ua de las figuras màgers de la literatura deu sègle XXau, que ns’a deishat ua òbra autan fascinanta com desconcertanta e qui a suscitat mantua interpretacion. Los dètz-e-ueit racontes retienguts ací que’s pòden léger, a un purmèr nivèu, com l’autoportrèit fragmentat d’un òmi singular, traucat de contradiccions, incapable de víver dens la realitat, e tau quau l’escritura estó un sauvanegadís e constituí lo sol lòc on pensè poder existir sancèrament. Mes aquera activitat qu’estó tanben ua hont de torments infinits tad aqueth escrivan crudanhat peu dobte e fin finau desirós que la quasi totalitat de la soa produccion estossi destrusida. Se l’òmi e l’autor e son tots sancèrs en aqueths tèxtes, ne n’ei pas mensh legitime d’i véder tanben, mei generaument, un imatge de la condicion umana, l’imatge d’un èste marchant perpetuaument sus un camin qui ne’u miarà pas jamei enlòc, d’un èste cercant perpetuaument un sens ultime qui tostemps l’escaparà.Franz Kafka (1883-1924), l’une des figures majeures de la littérature du XXe siècle, nous laissé une œuvre aussi fascinante que déconcertante et qui a suscité maintes interprétations. Les dix-huit récits retenus ici peuvent être lus, à un premier niveau, comme l’autoportrait fragmenté d’un homme singulier, perclus de contradictions, incapable de vivre dans la réalité, et pour qui l’écriture fut une bouée de sauvetage et constitua le seul lieu où il pensa pouvoir exister pleinement. Mais cette activité fut aussi une source de tourments infinis pour cet écrivain torturé par le doute et finalement désireux que la quasi-totalité de sa production fût détruite. Si l’homme et l’auteur sont tout entier dans ces textes, il n’est pas moins légitime d’y voir aussi, plus généralement, une image de la condition humaine, l’image d’un être marchant perpétuellement sur un chemin qui ne le mènera jamais nulle part, d’un être cherchant perpétuellement un sens ultime qui toujours lui échappera.
S'identifier pour envoyer des commentaires.