www.leslibraires.fr
Les histoires de Jean-Marie Cabidoulin
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français

Les histoires de Jean-Marie Cabidoulin

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374634937
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Jules Verne** (1828-1905)

"Eh ! capitaine Bourcart, ce n’est donc pas aujourd’hui le départ ?...

– Non, monsieur Brunel, et je crains que nous ne puissions partir ni demain...
ni même dans huit jours...

– Cela est contrariant...

– Et surtout inquiétant, déclara M. Bourcart en secouant la tête. Le Saint-
Enoch devrait être en mer depuis la fin du mois dernier afin d’arriver en
bonne saison sur les lieux de pêche... Vous verrez qu’il se laissera distancer
par les Anglais et les Américains...

– Et ce sont toujours ces deux hommes qui vous manquent à bord ?...

– Toujours... monsieur Brunel... l’un dont je ne puis me passer, l’autre dont
je me passerais à la rigueur, n’étaient les règlements qui me l’imposent...

– Et celui-ci n’est pas le tonnelier, sans doute ?... demanda M. Brunel.

– Non... ayez la bonté de m’en croire, non !... À mon bord, le tonnelier est
aussi indispensable que la mâture, le gouvernail ou la boussole, puisque j’ai
deux mille barils dans ma cale...

– Et combien d’hommes compte le Saint-Enoch, capitaine Bourcart ?...

– Nous serions trente-quatre, monsieur Brunel, si j’étais au complet. Voyez-
vous, il est plus utile d’avoir un tonnelier pour soigner les barils que
d’avoir un médecin pour soigner les hommes !... Des barils, cela exige sans
cesse des réparations, tandis que les hommes..., ça se répare tout seul !
D’ailleurs, est-ce qu’on est jamais malade à la mer ?...

– Évidemment on ne devrait pas l’être en si bon air, capitaine Bourcart... et,
pourtant, quelquefois..."

Le "Saint-Enoch", armé pour la pêche à la baleine, ne peut pas quitter le port
: il manque à bord un médecin et un tonnelier. Le médecin arrive mais pas de
tonnelier... Le capitaine Bourcart est obligé de demander à Jean-Marie
Cabidoulin, un ancien matelot tonnelier, de reprendre du service. Jean-Marie
Cabidoulin est un pessimiste de nature qui ne cesse de raconter des histoires
de naufrage et du fameux serpent de mer...
S'identifier pour envoyer des commentaires.