Au vu des circonstances exceptionnelles auxquelles nous faisons face, nous avons décidé de suspendre temporairement la possibilité de passer commande de livres papier sur leslibraires.fr. Nous maintenons en revanche la vente d'ebooks. Pour tout savoir sur les ebooks, notre aide en ligne se trouve ici

Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1508-1680)
Éditeur
Librairie Droz
Date de publication
Collection
Travaux d'Humanisme et Renaissance
Langue
français

Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1508-1680)

Librairie Droz

Travaux d'Humanisme et Renaissance

Offres

  • AideEAN13 : 9782600316415
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    40.99

Autre version disponible

Sophie Kessler-Mesguich nous a quittés trop tôt, beaucoup trop tôt (8 février 2010), sans avoir eu le temps de donner la mesure de tout ce qu'elle connaissait de la grammaire historique de l'hébreu, sans avoir pu achever cette grammaire de l'hébreu moderne qui était devenue son dessein majeur. Elle n'avait jamais publié sa thèse de doctorat, soutenue le 19 décembre 1994 à l'Université de Paris VIII, voulant constamment la parfaire. Cette thèse, Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1510- 1685), n'a pourtant pas pris une ride et il était indispensable de la publier. Une double compétence est exigible pour quiconque souhaite étudier les grammaires de l'hébreu en France au seizième siècle : une maîtrise de l'hébreu (et de l'araméen) et une familiarité érudite du latin linguistique de la Renaissance. Sophie Kessler-Mesguich avait acquis ces deux compétences. Personne avant elle n'avait si bien présenté et analysé l'œuvre de François Tissard, la publication de son Alphabetum Hebraicum et de sa Grammatica Hebraica, ayant identifié toutes les sources de Tissard. Qui est capable de reprendre un tel travail et de nous montrer que c'est en helléniste que Tissard a approché la langue hébraïque et utilisé la grammaire de Qimhi? On peut formuler une question identique avec Sante Pagnini et ses Hebraicarum institutionum libri quatuor de 1526. Sophie Kessler-Mesguich a ainsi établi que le premier livre des Institutiones Hebraicæ est “remarquable par sa précision, tant dans la description phonétique que dans les transcriptions”. Quant au deuxième livre, consacré au nom et au pronom, l'auteur montre que Pagnini s'appuie à la fois sur le Mikhlol de David Qimhi et sur le Ma‘aseh 'Efod. Tout au long de ce livre, le spécialiste comme le débutant sont éclairés et nourris, très souvent conquis.
S'identifier pour envoyer des commentaires.