www.leslibraires.fr
Vivre mieux sans croissance
Éditeur
Presses du Châtelet
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français

Vivre mieux sans croissance

Presses du Châtelet

Offres

  • AideEAN13 : 9782845927995
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    10.99
Le nouvel essai de Pierre Rabhi, dans la série des Carnets d'alerte", nous
invite à une toute nouvelle démarche écocitoyenne : la décroissance, voire la
non-croissance."
Le nouveau carnet d'alerte" de Pierre Rabhi+ 0,3%, + 1,1%, +0,5%... On ne
compte plus les prévisions des économistes en matière de croissance du Produit
intérieur brut (PIB). Elle est espérée, invoquée, implorée. En vain. Une quête
toujours aussi fébrile, alors que la chute de la biodiversité, la pollution
des sols et de l'eau, la disparition des semences, la faim dans le monde et le
réchauffement climatique s'aggravent !Pourquoi et comment la croissance est-
elle devenue aussi centrale dans notre système ? Peut-on et doit-on s'en
passer ? Quels est l'impact de la croissance sur notre planète ? Joue-t-elle
un rôle dans un monde inéquitable entre hypernantis et hyperdémunis ?
Suffirait-il d'y renoncer et de revoir notre PIB... à la baisse ?Vivre sans
croissance doit être au cœur de toute transition écologique. D'autres croient
au contraire que des innovations technologiques associant croissance et
préservation de notre planète pourraient être la solution. Serait-il possible
d'appliquer ces principes à plus grande échelle ? Quelles réformes faudrait-il
mettre en place ? Et quelle volonté politique serait décidée à les faire
appliquer ?Pour réaliser ce carnet, Pierre Rabhi et Juliette Duquesne ont
interrogé des économistes décroissants, des défenseurs de la croissance verte,
mais aussi des sociologues, des politologues, ainsi que des citoyens
européens, africains, asiatiques et des entrepreneurs. Des témoignages
d'acteurs de la société civile montrent qu'il est possible de vivre mieux avec
la "sobriété heureuse" et la "puissance de la modération" chères à Pierre
Rabhi depuis un demi-siècle."
S'identifier pour envoyer des commentaires.