www.leslibraires.fr
Singuliers & ordinaires, Parcours d'adultes à haut potentiel intellectuel
Éditeur
Enrick B. Éditions
Date de publication
Langue
français

Singuliers & ordinaires

Parcours d'adultes à haut potentiel intellectuel

Enrick B. Éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9782356445834
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      23 pages

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      30 pages

      Lecture audio

      Impossible

    10.99

  • AideEAN13 : 9782356443441
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      23 pages

      Copier/Coller

      30 pages

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    10.99

Autre version disponible

Certains ont été qualifiés de « précoces » dès l’enfance, d’autres se sont
sentis « différents » la majeure partie de leur vie, sans savoir pourquoi…
Mais tous ont un point commun : ils sont ce que l’on appelle des personnes « à
haut potentiel intellectuel ». Autrement dit, avec un QI supérieur à la
moyenne… sans que, nécessairement, leur destin ne soit « extraordinaire ».
L’auteure, elle aussi, découvre à 30 ans qu’elle appartient à cette étrange
catégorie de personnes souvent surnommées, à tort, « surdouées ». Ni plus
intelligente, ni plus douée… impossible pour elle de se reconnaître dans ce
mot, même si, il est vrai, elle a toujours éprouvé ce sentiment étrange, ce
décalage avec le monde qui l’entoure. Pour dépasser ses propres préjugés et
comprendre ce que cela voulait véritablement dire, Daisy Lorenzi a interrogé
des femmes et des hommes concernés. Comment avoir un « haut potentiel »
change-t-il les ressentis, la façon de penser, la relation aux autres ?
Quelles sont les caractéristiques qui rapprochent toutes ces personnes et
celles qui les distinguent ? Surtout, à quoi cela sert-il de mettre un nom sur
sa différence ? Le « diagnostic » est-il une libération ? Et soudainement,
tout s'est éclairé. Dans un jeu de miroirs, ces femmes et ces hommes lui ont
fait comprendre qui elle était vraiment. Que leurs singularités n'étaient
qu’une part d’eux-mêmes et qu'en prendre conscience, les embrasser, permettait
d'entamer le plus grisant des voyages : celui où l'on devient enfin soi-même !
S'identifier pour envoyer des commentaires.