www.leslibraires.fr
Nos années Poulidor
Éditeur
Éditions des Équateurs
Date de publication
Collection
Essais
Langue
français
Langue d'origine
français

Nos années Poulidor

Éditions des Équateurs

Essais

Offres

  • AideEAN13 : 9782849907733
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    12.99

  • AideEAN13 : 9782849907726
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    12.99

Autre version disponible

« Sans le vélo, mon horizon n’aurait jamais dépassé la haie d’un champ, dans
le Limousin. » Raymond Poulidor savait d’où il venait. Et il y revenait,
toujours. Son port d’attache, Saint-Léonard-de-Noblat, se situe en plein cœur
de la France. C’est un petit village niché sur le chemin de Compostelle où il
a appris à traire les vaches de la ferme familiale mais où il a aussi acquis
le bon sens du pays limousin, la sagesse, la patience, le travail bien fait.
La casquette souvent de traviole mais les idées bien en place, l’éternel
deuxième a couru quatorze Tours de France. Il paraît que les Français, en ce
temps-là, n’aimaient pas tellement les gagnants, à la différence de ceux de
maintenant. On était alors Anquetilistes ou Poulidoristes, une sorte de lutte
des classes, même si l’un comme l’autre des deux antagonistes s’étaient
présentés aussi démunis au départ de la vie. Ils auraient donc coupé la France
en deux, mais c’est vite dit parce que dans toute sa ruralité d’alors, elle
penchait quand même sacrément du côté de Poulidor. Il avait « percé » au temps
des chanteurs yé-yé. Deux ans après Johnny, le voilà qui partait à son tour.
Lui qui avait couru sous De Gaulle, Pompidou et Giscard s’en allait deux mois
à peine après Chirac. Ceux qui ont grandi dans les années 1960 et 1970
n’avaient jamais connu un monde sans Poulidor. Mais ce n’est pas le souvenir
des Tours d’enfance qui remuait en nous les nostalgies. Son exploit fut de ne
jamais être vintage, mais intemporel. Tout changeait autour de nous et rien ne
changeait tant qu’il était là. Lui restait le même. Au milieu de tout le
chambard, quelque part, il était notre rassurance. « Poupou » s’était transmis
de grand-père en petit-fils. Chacun pouvait se reconnaître en lui qui ne
ressemblait à personne.
S'identifier pour envoyer des commentaires.