www.leslibraires.fr
La voyageuse de nuit
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Documents Français
Langue
français

La voyageuse de nuit

Grasset

Documents Français

Offres

  • AideEAN13 : 9782246826026
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    13.99

Autre version disponible

« C'est un carnet de voyage au pays que nous irons tous habiter un jour. C'est
un récit composé de choses vues sur la place des villages, dans la rue ou dans
les cafés. C’est une enquête tissée de rencontres avec des gens connus mais
aussi des inconnus. C’est surtout une drôle d’expérience vécue pendant quatre
ans de recherche et d’écriture, dans ce pays qu’on ne sait comment nommer : la
vieillesse, l’âge ?
Les mots se dérobent, la manière de le qualifier aussi. Aurait-on honte dans
notre société de prendre de l’âge ? Il semble que oui. On nous appelait
autrefois les vieux, maintenant les seniors. Seniors pas seigneurs. Et on nous
craint – nous aurions paraît-il beaucoup de pouvoir d’achat - en même temps
qu’on nous invisibilise. Alors que faire ? Nous mettre aux abris ? Sûrement
pas ! Mais tenter de faire comprendre aux autres que vivre dans cet étrange
pays peut être source de bonheur…
Plus de cinquante après l’ouvrage magistral de Simone de Beauvoir sur la
vieillesse, je tente de comprendre et de faire éprouver ce qu’est cette chose
étrange, étrange pour soi-même et pour les autres, et qui est l’essence même
de notre finitude.
« Tu as quel âge ? » Seuls les enfants osent vous poser aujourd’hui ce genre
de questions, tant le sujet est devenu obscène. A contrario, j’essaie de
montrer que la sensation de l’âge, l’expérience de l’âge peuvent nous conduire
à une certaine intensité d’existence. Attention, ce livre n’est en aucun cas
un guide pour bien vieillir, mais la description subjective de ce que veut
dire vieillir, ainsi qu’un cri de colère contre ce que la société fait subir
aux vieux. La vieillesse demeure un impensé. Simone de Beauvoir avait raison :
c’est une question de civilisation. Continuons le combat ! »

L.A.
S'identifier pour envoyer des commentaires.