www.leslibraires.fr
Et si la santé guidait le monde ?, L’espérance de vie vaut mieux que la croissance
1 autre image
EAN13
9791020909275
ISBN
979-10-209-0927-5
Éditeur
Éditions Les Liens qui libèrent
Date de publication
Collection
L L L
Nombre de pages
192
Dimensions
19 x 13 x 1 cm
Poids
198 g

Et si la santé guidait le monde ?

L’espérance de vie vaut mieux que la croissance

Éditions Les Liens qui libèrent

L L L

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie-Papeterie Peiro-Caillaud
    15.50

Autre version disponible

« Le 7 avril 2020, la moitié des gouvernements de la planète faisaient le choix de préférer la santé de leurs populations à la croissance de leurs économies faute d’avoir pris soin de la vitalité de leurs écosystèmes. La leçon est implacable : détruire la Nature est un suicide social et accessoirement une folie économique dont nous n’avons pas les moyens.

Ce livre soutient que l’espérance de vie et la pleine santé doivent désormais devenir nos boussoles communes dans ce nouveau siècle, à même de nous orienter les yeux grands ouverts dans un monde où bien-être humain et vitalité des écosystèmes sont irrémédiablement entrelacés et projetés ensemble à toute allure dans une spirale de plus en plus vicieuse qu’il nous faut à tout prix inverser. Être prospère aujourd’hui, c’est se donner les moyens de tenir parole sur la poursuite de l’aventure humaine dans vingt ou trente ans. Être prospère, c’est donc d’abord être en bonne santé.

Dans notre âge de l’incertitude et donc de l’inquiétude écologique, le soin apporté à notre santé nous est avant tout une protection. Plus nous apporterons de soin à notre santé, mieux nous saurons affronter les crises qui sont déjà là et devant nous. Et plus nous apporterons de soin aux écosystèmes qui sont la clé de notre santé, plus notre vie sera longue et plaisante.

En nous laissant guider par une pleine santé qui donne toute leur place aux écosystèmes qui nous font vivre, on peut trouver le moyen de réorienter nos systèmes économiques pour donner un sens partagé à la transition écologique : une transition aussi bien individuelle que collective, personnelle que relationnelle, biologique comme écologique. Une transition instinctive, sensuelle et viscérale. Dans ce sens retrouvé, aux antipodes d’indicateurs économiques qui ne disent plus rien à personne, la pleine santé a le pouvoir d'apaiser, de guérir, de réparer. »



Eloi Lauren
S'identifier pour envoyer des commentaires.