www.leslibraires.fr
Format
Broché
EAN13
9782807331686
ISBN
978-2-8073-3168-6
Éditeur
De Boeck supérieur
Date de publication
Collection
LICENCE MAITRIS
Nombre de pages
320
Dimensions
24 x 17 x 1,9 cm
Poids
537 g
Langue
français

Les dépenses publiques en France

De Boeck supérieur

Licence Maitris

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Hisler - Even
    24.90

Un ouvrage de référence sur la dépense publique en France, avec des illustrations pour les autres pays francophones !
Ce livre présente des données originales sur l’histoire des dépenses publiques françaises et leur composition sur la période 1870-2015, une analysecomparative avec les pays du G8 et de la zone francophone, une revue exhaustivedes explications et des travaux économétriques sur les conséquences productives de cette dynamique financière.
Il observe, comme dans de nombreux pays développés, que les dépenses publiques en France ont augmenté plus vite que la production durant quasiment tout le XXe siècle et que, contrairement à de nombreux pays et l’Allemagne en particulier, cette hausse ne s’est pas démentie au XXIe siècle. Comment expliquer cette histoire ? Quelles en sont les conséquences productives ? Pourquoi la France, contrairement à l’Allemagne ou à la Suède, n’a pas redéfini le périmètre d’intervention de ses administrations publiques ?
Pour écrire l’histoire des dépenses publiques, il faut abandonner l’idéal de l’explication unique et accepter la pluralité des causes qui sied mieux aux jeux des équilibres politiques qui caractérisent les choix financiers de l’État. Il faut, aussi, se dégager de l’idée pourtant partagée par de nombreux observateurs selon laquelle l’État social ou providence se serait vu arracher des pans entiers de ses prérogatives du fait de politiques néo-libérales. Contrairement à ce qui est arrivé dans de nombreux pays, cette évolution n’a pas eu lieu en France. Pour évaluer les conséquences de la croissance des dépenses, il est aussi important de ne pas être manichéen.
Les dépenses publiques ne sont pas toujours mauvaises ou toujours bonnes pour la croissance et l’emploi. Elles sont mauvaises pour la croissance au-delà d’un certain niveau. Il est acquis, enfin, que le statut de la fonction publique de 1946, l’existence d’effets d’asymétries et le poids des syndicats jouent un rôle non négligeable dans l’absence de réforme du secteur public en France. Mais ce diagnostic ne doit pas masquer le rôle décisif des représentations de l’intérêt général et de ce qu’il est convenu d’appeler le régime de connaissance qui, dans un pays comme la France, est très favorable à l’interventionnisme public, au paternalisme d’État.
Ce livre intéressera non seulement les étudiants en économie publique et économie politique (L3-M1-M2), mais aussi les spécialistes des finances publiques, agents publics, citoyens éclairés et hommes politiques.
S'identifier pour envoyer des commentaires.