Au vu des circonstances exceptionnelles auxquelles nous faisons face, nous avons décidé de suspendre temporairement la possibilité de passer commande de livres papier sur leslibraires.fr. Nous maintenons en revanche la vente d'ebooks. Pour tout savoir sur les ebooks, notre aide en ligne se trouve ici

Vide-greniers
EAN13
9782354280444
ISBN
978-2-35428-044-4
Éditeur
Créaphis
Date de publication
Collection
FOTO-CINE (3)
Nombre de pages
106
Dimensions
23 x 17 x 1 cm
Poids
452 g
Code dewey
779.2
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie La Maison du Livre
    19.25
    Nous n'expédions pas d'article pour l'instant. Nous serons bientôt de retour. Prenez soin de vous !

De dimanche en dimanche, les vide-greniers se sont multipliés et généralisés partout en France et ailleurs, à la ville comme à la campagne, en banlieue comme dans les quartiers chics. Ces pratiques de vente et d’achat d’objets de « seconde main » ont considérablement augmenté depuis le début des années 1980 : brocantes, kermesses, ventes de charité « bon enfant » sont peu à peu devenus des moments de systèmes d’échanges complexes, des lieux où se joue une véritable économie parallèle.

Qualifiés de « musées de plein air où se bricolent les mémoires » par Octave Debary, les vide-greniers génèrent des espaces et un temps propices à la rêverie mais aussi à l’échange de valeurs tant symboliques que pratiques. Le flâneur se laisse prendre par la nostalgie des vieux objets, le chineur recherche la bonne affaire pour compléter une collection en cours, l’étudiant ou le couple de retraités tel objet d’usage encore en état de fonctionnement.

Retraçant cette histoire, qui est aussi l’histoire d’un mot, l’anthropologue Octave Debary, auteur de plusieurs ouvrages et articles de références sur ces questions, accompagne le photographe Philippe Gabel sur ce territoire éphémère, petit théâtre mobile de l’intime, des vide greniers (ici essentiellement à Paris et dans le Morvan ). Cette photographie à la fois humaniste et insolite, traduisant avec tendresse la joie de s’approprier (ou se réapproprier) un peu de ce qui a disparu, n’est pas dépourvue de surréalisme

Des « textes objets » – dont celui très touchant du grand sociologue américain Howard S. Becker qui s’est ici prêté au jeu à partir d’un objet qui lui est cher – font écho à des scènes de rue et à des portraits de chineurs qui tiennent en main leur trouvaille.

Philippe Gabel, photographe, vit entre Paris et la Bourgogne morvandelle. Il

développe une approche de la photographie centrée sur des gens qu’il montre dans des lieux photographiés comme des théâtres du social. Des personnes à la rue dans Paris (Les silences de la rue, 2008), à celles d’un passage de Marrakech (Passages, 2005).

Il travaille actuellement sur une série de « personnages naturels » (arbres, rocs, mares …) qui peuplent les forêts vézeliennes. Son travail Portraits de vide-greniers, Amours bizarres : V’là aut’chose ! a été exposé en juin 2010 à la Maison Jules Roy de Vézelay et en novembre 2010 à Paris.

Octave Debary est anthropologue, maître de conférences à l’Université Paris Descartes, chercheur au LAHIC (CNRS-EHESS), travaille sur la façon dont une société met « en mémoire» ou « en musée » son histoire, participant ainsi autant à son souvenir qu’à son oubli. Il s’intéresse principalement aux objets et aux restes. Il a publié de nombreux articles sur ces sujets et deux ouvrages, La fin du Creusot ou l’art d’accommoder les restes (CTHS, 2002), Objets et Mémoires avec Laurier Turgeon (MSH-PUL 2007). Il mène des recherches sur les vide-greniers depuis une dizaine d’années (« Les marchés de la mémoire : grande braderie de Lille et vide-greniers », [Urbanisme, 200] ; « Objets de peu, les marchés à réderies dans la Somme », avec Arnaud Tellier [L’Homme, 2004] ; « Deuxième vie et seconde main. Objets, souvenirs et photographies » avec Philippe Gabel [Mélanges de la Casa Velasquez, 2010]).

Howard S. Becker est un des penseurs les plus influents de la sociologie et de l’anthropologie contemporaine. Formé par les grands noms de l’Ecole de Chicago, en particulier par Evrett C. Hugues, il a enseigné à l’université de Northwestern (Chicago) et de Washington (Seattle). Il est l’auteur d’une œuvre importante marquée par des classiques comme Outsiders (1963), Les mondes de l’art (1982), Les ficelles du métier (1998). A travers la sociologie de la déviance, de l’art ou du métier de sociologue, il a posé les bases d’un rapprochement entre l’analyse des mondes de la musique (étant jazzman lui-même) et celle de la société. Entre apprentissage d’un répertoire commun et exécution d’une improvisation singulière, le jazz implique un art de faire comparable à « une pratique ordinaire jouée par un art » (De Certeau). Son dernier ouvrage, écrit avec son ami Robert R. Faulkner, “Do you know…?” The Jazz Repertoire in Action (University of Chicago Press, 2009), est consacré au jazz.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Octave Debary