www.leslibraires.fr

À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

Format
Broché
EAN13
9782490952151
ISBN
978-2-490-95215-1
Éditeur
HEMERIA
Date de publication
Collection
HEMERIA
Nombre de pages
339
Dimensions
27,7 x 21,6 x 4,4 cm
Poids
1416 g
Langue
français

S'élever au milieu des ruines, danser entre les balles

Hemeria

Hemeria

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie La Galerne
    65.00

Cet ouvrage met un visage sur une guerre
— la Syrie — et sur un enjeu géopolitique
stratégique pour la région — le Kurdistan —
qui ont été largement commentés mais qui
restent très lointains pour un Occident
qui les a avant tout perçus par le prisme
de la question des réfugiés.
Maryam Ashrafi croit aux projets à long terme.
Cette démarche l’a conduite à retourner chaque
année aux mêmes endroits afin de montrer
le pouvoir unique de la résilience d’un peuple
meurtri et sa volonté de vivre, toujours en quête
d’espoir et d’un changement.
Elle témoigne de la guerre à sa manière,
en insistant sur ses complexités et sur la
construction en cours, au sein notamment
des forces armées kurdes, d’un nouveau
modèle social basé sur l’égalité entre les sexes
et la parité dans les modes de gouvernance.
Entre histoire, témoignage, mémoire et
engagement, son oeuvre empreinte au
journalisme sa rigueur et son souci de vérité
et révèle en filigrane l’engagement social
profond qui est le sien.
Maryam Ashrafi a choisi de rester derrière
la ligne de front et d’observer ce qu’il se
passe dans ces zones « grises » de la guerre.
Elle n’a pas choisi de photographier
le spectaculaire mais le banal.
Les photographies sont présentées dans
leur contexte et dans la chronologie des
événements dont elle témoigne, grâce aux
contributions d’un journaliste du Monde,
Allan Kaval (prix Albert Londres en 2020),
d’un universitaire, Kamran Matin, spécialiste
de la région, d’une sociologue, Carol Mann,
et d’une réalisatrice et auteure qui couvre le
Kurdistan depuis plus de 20 ans, Mylène
Sauloy. Préface : Gary Knight, VII.
S'identifier pour envoyer des commentaires.