Black mamba boy, roman
Format
Broché
EAN13
9782752904591
ISBN
978-2-7529-0459-1
Éditeur
Phébus
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
276
Dimensions
21 x 14 x 0 cm
Poids
346 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
850
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

LE LIVRE :

Ce premier roman de Nadifa Mohamed débute à Aden, au Yémen, en 1935. Il retrace la vie mouvementée de Jama, un enfant des rues dont le père a disparu peu après la naissance et dont la mère lui jure qu’il est né sous une bonne étoile. À la mort de celle-ci, Jama part à la recherche de son géniteur. Ce périple rendu incandescent par la croyance en une terre promise, lui fait traverser l’Abyssinie, la Somalie, l’Érythrée, le Soudan, l’Égypte et la Palestine. Mais chaque frontière franchie se révèle source de déception. Les décennies passent, les empires coloniaux s’effondrent, le monde change, cependant Jama l’aventurier demeure un laissé-pour-compte, malgré le serpent tatoué sur son bras, le fameux mamba noir.

Évocation puissante de contrées en proie à la guerre, mais aussi roman de formation, Black Mamba Boy est une véritable épopée qui nous fait mieux comprendre le destin de cette partie du globe.

AUTEUR :

Nadifa Mohamed est née à Hargeisa, en Somalie, en 1981, d’un père employé de la marine marchande et d’une mère qui est une ardente activiste politique. Cette dernière fut inquiétée dans son pays devenu une dictature, si bien qu’elle décida de s’installer à Londres en 1986. Nadifa Mohamed est diplômée du St. Hilda’s College d’Oxford, en Histoire et Science politique.

Black Mamba Boy est inspiré par la vie de son père.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

1 septembre 2011

Aden,Yemen, 1935, la mère de Jama meurt. Cet enfant de onze ans d’origine Somalienne n’a qu’une idée en tête : rejoindre son père. Ce dernier est parti au Soudan avec comme espoir d’y trouver un travail pour une vie meilleure. ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Françoise Pertat