www.leslibraires.fr
Cette réalité que j'ai pourchassée
Format
Poche
EAN13
9782889279265
ISBN
978-2-88927-926-5
Éditeur
Zoé
Date de publication
Collection
ZOE POCHE
Nombre de pages
254
Dimensions
16,5 x 10,5 x 1,5 cm
Poids
194 g
Langue
français

Cette réalité que j'ai pourchassée

De

Préface de

Zoé

Zoe Poche

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Le Grain des mots
    11.00

Les lettres qu'Ella Maillart a échangées avec ses parents déroulent le récit de ses années de grands voyages, de 1925 à 1941. Écrites sur le vif, elles saisissent ses humeurs du moment, annoncent les projets d'itinéraires, esquissent des réflexions sur l'Orient et l'Europe. Elles sont ici accompagnées de photographies et complétées par des reportages écrits pour divers journaux et magazines. Voile sur le Léman, fouilles en Crète, entraînement sportif et pérégrinations dans les montagnes d'URSS, sans oublier le récit classé « confidentiel » d'une visite à Winston Churchill en 1936 : une plongée dans la trépidante existence de la voyageuse.
Célèbre pour ses multiples exploits sportifs, ses voyages et ses livres, la grande exploratrice Ella Maillart (1903-1997) a parcouru les régions les plus reculées de la planète.
« Hier soir pendant que je dormais à moitié sur mon étage supérieur, les autres chantaient en chœur, au-dessus de moi, tandis que les grands champs glissaient dehors comme des vagues. – La sirène de la locomotive est comme celle d'un paquebot. »
Avant-propos d'Olivier Bauer
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

Conseillé par (Librairie La Promesse de l'aube)
29 octobre 2021

Coup de coeur d'Amélie

Ella Maillart est connue pour ses voyages en Asie Centrale et son intrépidité devenue légendaire. Mais on ne connaissait que peu de choses sur sa vie personnelle. Voici enfin éditées les lettres qu'elle a échangée avec ses parents, et les ...

Lire la suite

Conseillé par (Librairie Coiffard)
23 octobre 2021

Conseillé par Marion

Paul Morand a dit d’elle : “Celle que je veux dire, c’est une femme bottée de mouton, gantée de moufles, le teint cuit par l’altitude ou le vent du désert, qui explore des régions inaccessibles avec des Chinois, des Tibétains, ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Olivier Bauer