www.leslibraires.fr
Vin d'yeux, le petit monde de Monsieur Q, épicier savant à Grasse, et il en manque
Format
Broché
EAN13
9782868989222
ISBN
978-2-86898-922-2
Éditeur
Ellébore éditions
Date de publication
Nombre de pages
160
Dimensions
24 x 16 x 1 cm
Poids
600 g
Code dewey
779.963

Vin d'yeux

le petit monde de Monsieur Q, épicier savant à Grasse, et il en manque

De

Illustrations de

Ellébore éditions

Indisponible
Réalisé par un photographe, une écrivaine et un peintre-illustrateur qui ont une passion en commun : l'amour du vin. Des textes, des photos... des vignerons, des vignes, des buveurs de vin...
Tout cela fait un drôle de mélange et un beau livre tout en couleurs, qui fait entrer le lecteur dans un monde loufoque, mais ô combien jubilatoire !


Philippe Quesnot se dit épicier à Grasse. Dans sa supérette Spar, il deal des bouteilles de vins natures aux retraités venus prendre le soleil de Méditerranée. Mais la blouse tombée, il sévit : Quesnot photographie ses vignerons préférés affublés de lunettes de Picsou. Un jour, il s’est mis à les disséquer : au scalpel, il les aplatit ou les étire à la Giacometti. Un éditeur a crié au génie et les portraits ont été reliés. Dans Vin d’Yeux, Quesnot fige une belle communauté de bus et de buveurs, militants joyeusement pour le vin vivant. Un monde auquel il fait chanter : " chassez le naturel, il revient au goulot. "


Michel Tolmer met le vin en image. Il est derrière les étiquettes d’Anselme Selosse en Champagne, de Catherine et Pierre Breton de Bourgueil, de Jo Landron du Muscadet… et toujours il pique dans le vif du vigneron et gratouille l’esprit du vin. Ses personnages s’enivrent avec élégance et gardent le vin gai. Il l’a aussi. De ses réunions « Tu peux r’boire » avec Monsieur Quesnot (ci-dessus) sortent des lignes vestimentaires estampillées « Ivre au chai », « Juste bois-le»… et bientôt un site internet : « glougueule, pour les hommes qui ont du glou. »

Sylvie Augereau est une journaliste pleine d’humour. Elle traque, elle scrute, elle débusque, elle note à bout portant. Et toujours elle finit en introduction, au coeur des hommes qui font le vin. Elle publie les “humeurs” vigneronnes dans des revues « Terre de vins », « La Revue du Vin de France », « Cuisine et vins de France », « Omnivore ». On lui doit la co-création d’une manifestation devenue référence : “la Dive bouteille” -salon de dégustation débordant, tout azimut, qui fait sortir de cave de futurs grands vignerons-
S'identifier pour envoyer des commentaires.