www.leslibraires.fr
Un libraire
Éditeur
Philippe Rey
Date de publication
Collection
Roman français
Langue
français
Langue d'origine
français

Un libraire

Philippe Rey

Roman français

Offres

  • Aide EAN13 : 9782848768922
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    10.99

Autre version disponible

**L'histoire d'une amiti e entre un libraire et l'autrice, construite au fil
des lectures. Un destin bouleversant**

" Raconter Jacques et temoigner de son destin singulier, si beau et si
tragique a la fois, ce serait raconter au nom des libraires, pour eux et pour
nous tous qui faisons ensemble societe, quel libraire, essentiel parmi les
essentiels, il demeure a jamais.
Jacques Allano etait libraire en Bretagne, a Saint-Brieuc. Faute de
successeur, il etait sorti de sa retraite, prise presque dix ans plus tot,
pour revenir en octobre 2019 a la tete de la librairie dont il etait le
cofondateur, Le Pain des reves, et empecher sa fermeture. Il en a ete
profondement heureux jusqu'au 16 mars 2020. Confronte a ses fragilites pendant
le premier confinement, il s'est suicide quelques jours apres la reouverture
de la librairie, le 16 mai 2020.
Jacques etait de la haute lignee des libraires. Un serviteur avant tout,
humble et tenace, a la memoire encyclopedique, au desordre savant parmi lequel
seul un libraire peut se retrouver, et a l'amour inconditionnel des livres. Un
homme qui, dans sa soixante-dixieme annee, avait repris du service dans cette
librairie - sa vie, son oeuvre. Et moi qui ne supportais pas l'idee que ce
lieu fut deserte et reduit au triste etat de dent creuse dans un centre-ville
en souffrance, je l'avais accompagne, abandonnant mes reves d'ecriture.
Devant les clients et les representants, Jacques m'appelait sa collaboratrice,
faisant sonner clairement chaque syllabe. Pour le taquiner, entre nous, je lui
disais patron. Un jour, presque a la fin, en riant, lui qui n'avait pas
d'enfant, et moi non plus, il se rendit compte que j'aurais pu etre sa fille.
J'avais travaille a ses cotes jusqu'au 15 mai ; soucieuse, j'avais aussi
veille sur lui comme sur un fils. Puis je me suis retrouvee seule. Brutalement
seule dans la librairie le samedi 16 mai a 10 heures. Le telephone. Le
silence. Jacques etait mort.
Dans un premier temps, l'idee de raconter Jacques me parut revoltante a
differents egards. Comment ecrire sans trahir sa pudeur ? Comment faire avec
les trous, les lacunes, les mysteres, les contradictions ? Comment faire avec
mon chagrin ? Mais un dimanche de novembre, alors que chaque jour depuis sa
mort je lui parlais interieurement, comme au temps du Pain des reves que nous
avions partage en frere et soeur de livres, je commençai a lui ecrire. "
Meredith Le Dez
S'identifier pour envoyer des commentaires.