www.leslibraires.fr

À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

Entre deux mondes
Éditeur
Le Mot et le reste
Date de publication
Collection
Littératures
Langue
français
Langue d'origine
anglais

Entre deux mondes

Le Mot et le reste

Littératures

Offres

  • Aide EAN13 : 9782361398040
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    15.99

  • Aide EAN13 : 9782361398057
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    15.99

Autre version disponible

Si Kenneth White s’est peu manifesté ces derniers temps sur les plateformes
publiques, ce fut par stratégie, afin de se consacrer totalement à une oeuvre
que les esprits perspicaces, capables de voir au-delà d’un contexte
contemporain plutôt confus, ont toujours considéré comme un phénomène rare et
à longue portée. Cette autobiographie vient à point pour resituer, sur la
carte de l’esprit chercheur et trouveur, cet Ecossais errant. Tout commence à
Glasgow, qui a été pour le jeune White un poste d’observation riche en
rencontres et en réflexions : d’abord petite ville ecclésiatique, ensuite
grand port commercial, puis un des enfers de la révolution industrielle et un
contexte d’où est sortie la première analyse du capitalisme, La Richesse des
Nations d’Adam Smith.Une des dialectiques fondamentales de la vie et l’oeuvre
de White, c’est celle qui oscille entre la ville, la cité, et l’espace du
dehors.C’est ainsi qu’à côté de l’expérience de Glasgow, ville noire, ville
rouge, il y a celle tout en blancheurs du rivage et de l’arrière pays d’un
village de la côté ouest, et qu’après Munich et Paris, on trouve l’auteur dans
une vieille maison solitaire en Ardèche. Autre dialectique, celle de
l’Occident et de l’Orient. C’est après avoir poussé, à Glasow, à Munich, à
Paris, ses études de la philosophie occidentale jusqu’au nihilisme et, plus
loin encore, au surnihilisme, qu’il plonge dans la logique négativiste du
bouddhisme extrême, et en sort pour découvrir les co-ordonnées et les éléments
d’un paysage mental inédit. « L’autobiographie est irrésistible », dit Oscar
Wilde, cité par White dans la préface à son livre, où il explore la nature de
ce genre de littérature. Ce qui est sûr, c’est que, si on laisse de côté les
albums de famille et les mémoires de militaires ou de politiciens, c’est un
genre des plus difficiles. Parmi les grandes réussites qu’il estime, White se
réfère à Poésie et Vérité de Goethe et Rêve et Réalité de Berdiev. Si White
trouve peu adéquats des termes tels que « poésie », « vérité », « rêve », «
réalité » (il a inventé pour son usage toute une lexique particulière), sa
propre autobiographie se situe dans ces parages. Kenneth White, né en Écosse,
vit en France depuis 1967. Il est l’auteur d’une œuvre féconde écrite pour une
part en anglais pour une autre en français et a obtenu le prix Médicis
étranger en 1983 pour La Route bleue. Il est à l’origine du concept de
nomadisme intellectuel et fonde l’Institut international de géopoétique en
1989. L'auteur vit en Bretagne et, malgrè son âge avancé, se déplace
volontiers pour les propositions sérieuses.
S'identifier pour envoyer des commentaires.