La fête au Bouc
1 autre image
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Folio (4021)
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Code dewey
850

Offres

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9782072452505
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9782072452499
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

Autre version disponible

Que vient chercher à Saint-Domingue cette jeune avocate new-yorkaise après tant d'années d'absence ? Les questions qu'Urania Cabral doit poser à son père mourant nous projettent dans le labyrinthe de la dictature de Rafael Leonidas Trujillo, au moment charnière de l'attentat qui lui coûta la vie en 1961. Dans des pages inoubliables - et qui comptent parmi les plus justes que l'auteur nous ait offertes -, le roman met en scène le destin d'un peuple soumis à la terreur et l'héroïsme de quatre jeunes conjurés qui tentent l'impossible : le tyrannicide. Leur geste, longuement mûri, prend peu à peu tout son sens à mesure que nous découvrons les coulisses du pouvoir : la vie quotidienne d'un homme hanté par un rêve obscur et dont l'ambition la plus profonde est de faire de son pays le miroir fidèle de sa folie. Jamais, depuis Conversation à «La Cathédrale», Mario Vargas Llosa n'avait poussé si loin la radiographie d'une société de corruption et de turpitude. Son portrait de la dictature de Trujillo, gravé comme une eau-forte, apparaît, au-delà des contingences dominicaines, comme celui de toutes les tyrannies - ou, comme il aime à le dire, de toutes les «satrapies». Exemplaire à plus d'un titre, passionnant de surcroît, La fête au Bouc est sans conteste l'une des œuvres maîtresses du grand romancier péruvien.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Librairie La Galerne)
24 juillet 2013

Un livre pour revenir à ses racines. Urania Cabral retourne à Saint-Domingue pour y visiter son père. C'est alors l'occasino de remonter en 1961, quand la capitale s'appelait Ciudad Trujillo. C'est la fin d'une époque qui est ici relatée, celle ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Mario Vargas Llosa
Plus d'informations sur Albert Bensoussan