Au vu des circonstances exceptionnelles auxquelles nous faisons face, nous avons décidé de suspendre temporairement la possibilité de passer commande de livres papier sur leslibraires.fr. Nous maintenons en revanche la vente d'ebooks. Pour tout savoir sur les ebooks, notre aide en ligne se trouve ici

Le Roi lézard
EAN13
9782878585117
ISBN
978-2-87858-511-7
Éditeur
Viviane Hamy
Date de publication
Collection
Chemins Nocturnes
Nombre de pages
304
Dimensions
21 x 13 x 0 cm
Poids
263 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

Le Roi lézard est un livre machiavélique, personne ne dit la vérité, et en cela il évoque Guerre sale (sélectionné dans les 20 meilleurs titres 2011 par la rédaction de Lire). Chaque personnage utilise les autres à des fins qui ne sont pas celles qu’il énonce. Il offre le portrait saisissant d’une capitale en pleine déconfiture — le Paris de la fin des années 90 — mise à mal par un assassin fou, alors que les recherches de Louise font resurgir le Paris bouillonnant, exubérant, psychédélique des années 70. Dans Le Roi lézard, Louise Morvan élucide le mystère de l’assassinat de son oncle, Julian Eden, dont elle a hérité l’agence à la fin des années 70, alors qu’elle était une toute jeune fille. Le commissaire Serge Clémenti, l’amant de Louise (cf. Sœurs de sang), a retrouvé la piste de l’inspecteur Casadès qui, en 1979, était chargé de l’enquête sur le meurtre du détective. Sans raison apparente, on lui avait retiré le dossier et il avait été rétrogradé et muté hors de Paris. Et Louise démarre sa quête douloureuse. Alors que Clémenti et ses deux lieutenants, N’Diop et Argenson, s’épuisent à débusquer le « killer des quais » qui assassine sans se lasser de malheureux SDF, la jeune femme rencontre le répugnant Casadès qui lui distille des informations au compte-gouttes, brouillant les pistes, jouant au chat et à la souris avec elle… Pour contrer son jeu pervers, Louise se coule dans le rôle qu’il veut lui faire jouer, celui de la jeune Russe, assassinée elle aussi en 1979, et dont Julian Eden aurait été follement amoureux. Si la trame, la quête de Louise dans Le Roi lézard est la même – c’est-à-dire l’élucidation du meurtre de son oncle – dans la version de 2012 que dans celle de 1998 (intitulée Travestis), elle offre pourtant un livre très différent, où interviennent de nouveaux personnages extraordinaires, et jusqu’à l’assassin lui-même. Il s’agit vraiment d’un livre autre qui désarçonnera, éblouira tout autant les lecteurs de la première version que les « novices ». L’auteur a eu l’idée de génie d’introduire au cœur du récit l’existence possible de bandes inédites du chanteur mythique des Doors, Jim Morrison. Les quatorze années qui séparent ces deux versions manifestent une maturité et une maîtrise époustouflantes qui démontrent qu’un véritable écrivain s’apparente à un bon vin : il se bonifie avec le temps.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

10 avril 2012

Du grand art !

L’oncle de Louise Morvan évoluait dans les milieux artistiques des années soixante-dix et fréquentait notamment le club Rock and Roll Circus « un des clubs les plus dingues et les plus chics de Paris dans les années soixante-dix. » « ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Dominique Sylvain