www.leslibraires.fr
Les gens sont beaux
Format
Relié
EAN13
9791037507112
ISBN
979-10-375-0711-2
Éditeur
Les Arènes
Date de publication
Nombre de pages
32
Dimensions
29,1 x 15,8 x 1,4 cm
Poids
528 g
Langue
français

Les gens sont beaux

De

Illustrations de

Les Arènes

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Privat
    16.90

Découvrez une ode à la beauté à travers cet album jeunesse imaginé par le médecin Baptiste Beaulieu.

« Je vais te confier un secret : un être humain, c’est une histoire. Et quand tu connais cette histoire, ça change tout. »

Voici un livre pour enfant qui raconte la beauté des gens, de tous les gens. Un livre qui parle des corps. De tous les corps. Un livre qui rappelle cette vérité toute simple : les corps sont beaux parce qu’ils ont une histoire, et quand tu connais cette histoire, alors tu ne peux plus ni juger ce corps, ni juger la personne qui est parfois enfermée dedans.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Baptiste Beaulieu présente son dernier album Les gens sont beaux

Quand ma nièce de 16 ans a demandé à sa mère d’avoir son propre compte Instagram j’ai été inquiet. Inquiet car je sais que (les études scientifiques le montrent) les réseaux sociaux génèrent dans l’année qui suit leur inscription, une dégradation de l’image de soi chez les ados.
Les filtres, les selfies retouchés, la course illusoire au physique parfait, des comparaisons permanentes avec des modèles irréels, tout concourt à générer chez les adolescents et les adolescentes une déformation de leur image, une dysmorphophobie, avec à la clef des comportements auto-destructeurs.
Qu’est-ce que j’aurais voulu que ma nièce lise quand elle était enfant pour être armée intellectuellement ?
Un livre pour enfant qui raconte la beauté des gens, de tous les gens. Un livre qui parle des corps. De tous les corps. Un livre qui rappelle cette vérité toute simple : les corps sont beaux parce qu’ils ont une histoire, et quand tu connais cette histoire, alors tu ne peux plus ni juger ce corps, ni juger la personne qui est parfois enfermée dedans.

© Baptiste Beaulieu