Lettres des jours ordinaires 1756-1791, 1756-1791
EAN13
9782213622132
ISBN
978-2-213-62213-2
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
LITTERATURE FRA
Nombre de pages
600
Dimensions
23 x 15 x 0 cm
Poids
880 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Code dewey
836.6

Lettres des jours ordinaires 1756-1791

1756-1791

De

Traduit par

Édité par

Fayard

Litterature Fra

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Mozart a partagé sa vie entre deux écritures : celle de la musique et celle des lettres. Des centaines de milliers de notes sur la partition, des centaines de milliers de mots sur le papier; de l'une à l'autre et de l'autre à l'une, toute une vie, la plume court. Sur la scène épistolaire des personnages s'animent, croqués sur le vif; des villes défilent, au rythme des auberges, des palais, des églises, des théâtres; toute l'Europe musicale des Lumières s'agite sous la plume mozartienne; et toute sa musique, à la lettre: symphonies, concertos, messes, opéras... l'Opéra! ... N'oubliez pas mon désir d'écrire des opéras. J'envie quiconque en compose un... Et lorsque l'opéra vient à Mozart, la lettre s'enchante, car l'oeuvre se trame aussi sur le fil des mots; ainsi dans cette correspondance de 1780 échangée entre un fils très obéissant à Munich et un vieux père fidèle à Salzbourg. Nous voici dans l'atelier où, en duetto, s'élabore le premier grand opéra mozartien, l'Idomeneo. Mais c'est aussi la petite musique des jours ordinaires qui nous retient et nous touche ; la vie comme elle va, ou ne va pas, griffonnée à la hâte, le me dépêche... Je suis pressé... le quotidien tissé des petits riens que l'on échange pour que perdure le lien, J'ai bien reçu le colis, et j'espère que vous aurez aussi déjà le portrait et les rubans... Sur le papier s'inscrit la suite des jours, des années, s'écrivent les amitiés, les amours, les épousailles, les naissances et les morts... Parfois, de devoir tant parler, la plume se lasse ; le silence creuse les mots, ... Je n'ai rien de nouveau ni de nécessaire à écrire... De cette foisonnante correspondance, des quelques 1196 lettres que comporte l'édition allemande, 163 ont été choisies pour composer ce livre. Traduites par la plume vive de Bernard Lortholary, elles font résonner non seulement la voix de Mozart, mais toutes les voix familiales et familières qui l'ont entouré; voix de basse de Léopold, le père, l'interlocuteur privilégié, soprano de la mère, Anna Maria, de la soeur, Nannerl, de Constanze, l'épouse. Et l'on entend, ensemble et pourtant distinctes, comme à l'opéra, toutes les voix.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Bernard Lortholary