Au vu des circonstances exceptionnelles auxquelles nous faisons face, nous avons décidé de suspendre temporairement la possibilité de passer commande de livres papier sur leslibraires.fr. Nous maintenons en revanche la vente d'ebooks. Pour tout savoir sur les ebooks, notre aide en ligne se trouve ici

La comédie des masques, Jean-Jacques Rousseau, itinéraire d'un promeneur solitaire - Tome 1
Éditeur
Editions Ex Aequo
Date de publication
Langue
français

La comédie des masques

Jean-Jacques Rousseau, itinéraire d'un promeneur solitaire - Tome 1

Editions Ex Aequo

Offres

  • AideEAN13 : 9782359620122
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    3.99
Rousseau se dépouille, pour n'être plus que Jean-Jacques.
« Ce fut le 9 avril 1756 que je quittai la ville pour n'y plus habiter », écrivit Jean-Jacques Rousseau dans les Confessions. Pris dans la tourmente de la courtisanerie intellectuelle des salons parisiens, Rousseau se retire à l'Ermitage, sur les terres de Madame d'Épinay. Le philosophe, en butte aux attaques de ses détracteurs et se croyant trahi par les siens, va se dépouiller de Rousseau pour n'être plus que Jean-Jacques. La flèche d'Éros va alors lui percer l'âme aussi sûrement que son cœur, qu'il déposera sur l'autel de la nouvelle Héloïse incarnée par Élisabeth d'Houdetot. Le décor est installé, la comédie des masques peut se jouer...
Inspiré de l'abondante correspondance laissée par le philosophe genevois, ce roman revisite le drame survenu lors de son séjour à l'Ermitage de Montmorency.
Découvrez un roman basé sur les correspondances de Rousseau, qui revisite le drame vécu par le philosophe genevois durant son séjour à Montmorency.
EXTRAIT
— Comme c'est étrange, fit remarquer Duclos. Que peut bien raconter Rousseau pour susciter un tel intérêt ? Il me semble que même la vieille Madame d'Artoy et sa voisine ont interrompu leurs radotages pour l'écouter.
— Hé ! C'est que son système offre une telle nouveauté qu'ils ne peuvent qu'en être surpris, répondit Diderot en ricanant. Il reproche à nos sociétés de créer l'injustice et l'inégalité, il condamne le pouvoir, la propriété. Il dénonce le luxe, l'excès, la mollesse des mœurs... Tout ce que nous sommes, enfin !
Et, tout en remettant en place les pièces sur l'échiquier, Diderot se tourna vers Grimm pour ajouter :
— Le plus amusant, c'est que personne ne va prendre ces insolences pour lui !
À PROPOS DE L'AUTEUR
Olivier Marchal est professeur de Lettres. Il est passionné par Rousseau, qu'il essaie de “comprendre” depuis bientôt dix ans en compilant et lisant tout ce qui concerne le philosophe.
S'identifier pour envoyer des commentaires.