Une semaine de vacances
Format
Broché
EAN13
9782081289406
ISBN
978-2-08-128940-6
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Littérature française
Nombre de pages
100
Dimensions
21 x 13 x 1 cm
Poids
186 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

Christine Angot a écrit ce court roman comme on prend une photo, sans respirer, sans prendre le temps de souffler. En cherchant la précision, en captant l'instant et le mouvement. Ce n'est pas à nous lecteurs de vouloir en connaître l'élément déclencheur, peu importe de le savoir. On s'aperçoit vite en le lisant que le texte possède en lui-même le pouvoir d'agir avec violence. Il suscite des sentiments dont l'angoisse ne peut être évacuée. Il provoque le saisissement par lequel on reconnaît un des pouvoirs de la littérature : donner aux mots toute leur puissance explicative et figurative, plutôt que de s'en servir pour recouvrir et voiler. C'est comme si l'écrivain levait ce voile, non pas pour nous faire peur, mais pour que l'on voie et comprenne. Christine Angot © Léa Crespi
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Librairie L'Armitière)
13 septembre 2012

Le pouvoir des mots.

"Et puis il faut le faire, il faut essayer, et puis voir ce que ça donne, voir si ça produit quelque chose, si ça a l'air vrai, si ça fait réel, si ça produit quelque chose qui existe sur la ...

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

Un homme, une femme : deux amants. Elle lui a fait promettre qu'il respecterait sa virginité afin qu'il ne soit pas le premier. Hormis cela, il lui fait tout, pendant cette "Semaine de vacances". Détail d'importance et qui fait froid ...

Lire la suite

Rencontre avec Christine Angot, qui a eu lieu le 16 octobre 2012 à la librairie dialogues à Brest, à l'occasion de la parution du livre Une semaine de vacances (éditions Flammarion). Réalisation : Ronan Loup

Avec Christine Angot
Le , Librairie Dialogues, Brest

Christine Angot a écrit ce court roman comme on prend une photo, sans respirer, sans prendre le temps de souffler. En cherchant la précision, en captant l'instant et le mouvement.
Ce n'est pas à nous lecteurs de vouloir en connaître l'élément déclencheur, peu importe de le savoir. On s'aperçoit vite en le lisant que le texte possède en lui-même le pouvoir d'agir avec violence. Il suscite des sentiments dont l'angoisse ne peut être évacuée.
Il provoque le saisissement par lequel on reconnaît un des pouvoirs de la littérature : donner aux mots toute leur puissance explicative et figurative, plutôt que de s'en servir pour recouvrir et voiler.
C'est comme si l'écrivain levait ce voile, non pas pour nous faire peur, mais pour que l'on voie et comprenne.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Christine Angot