Love
Format
Broché
EAN13
9782859209339
ISBN
978-2-85920-933-9
Éditeur
Castor astral
Date de publication
Collection
CASTOR MUSIC
Nombre de pages
172
Dimensions
1 x 1 x 0 cm
Poids
164 g
Code dewey
782.421660922
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Documents sur le rock à Los Angeles pendant les années 1960.

Love est le premier groupe multiracial, mené par des amis d'enfance grandis dans le voisinage, auteur d'un disque culte, Forever Change qui n'eut pas le succès espéré, mais dont la belle musique, ce mélange de folk américain et de mélancolie mexicaine, arésisté au temps. Mais avant tout, ce livre est le portrait d'un homme, le leader et fondateur de Love, Arthur Lee, fils d'un prof et d'un trompettiste raté. Par son tempérament contradictoire, suicidaire, violent, passionné, à cause de ses hésitations, il n'aura jamais réussi faire fructifier une carrière prometteuse, et un talent hors norme.

 Son portrait fait suite à la série de portraits que l'auteur, Stephane Koechlin, consacre depuis une vingtaine d'années à la musique américaine du XXème siècle, celle qui a imprégné notre conscience à nous français, dans sa mode, son écriture, son ambition... Cette série de portraits a été commencé en 1998 avec le shyzophrène Brian Jones, le défunt fondateur des Rolling Stones, publié déjà pazr le Castor Astrol, et s'est poursuivi, au Castor et chez différents éditeurs, avec ceux de Bob Dylan, John Lee Hooker, James Brown, Ben Harper...  

Le livre Love se situe dans la même lignée que le doux amer Nashville Chrome de l'Américain Rick Bass, sorti cette année (chez Christian Bourgois), qui raconte le succès fulgurant et éphémère de groupe de country américain des années 1950 dont les Beatles étaient fans, les Browns. « Toute personne aura son quart d'heure de gloire », a dit Andy Wharol. Les Browns l'ont eu, Brian Jones l'a eu, mais Arthur Lee ne l'a jamais vraiment eu.

Il a couru après toute sa vie, armé de son flingue, oscillant entre trois voies possibles : devenir un meurtirer, se suicider ou réussir dans la musique.

Love, comme Nasvhille Chrome, parle du temps qui passe, de l'amour, de l'espoir et de la déception, de la confrontation entre des rêveurs absolus et un pays secoué par différentes crises morales (guerre du Viet nam, racisme, assassinats politiques...) C'est surtout, pour paraphraser l'un des grands romans de Maupassant, Une vie.  

Et pour finir, si l'on devait résumer le projet de l'ouvrage, on convoquerait notre romancière du XIXème siècle, George Sand qui dans Consuelo, en a donné la meilleure définition :

« On a dit avec raison que le but de la musique, c'était l'émotion. Aucun autre art ne réveillera d'une manière aussi sublime le sentiment humain dans les entrailles de l'homme ; aucun autre art ne peindra aux yeux de l'âme, et les splendeurs de la nature, et les délices de la contemplation, et le caractère des peuples, et le tumulte de leurs passions, et les langueurs de leurs souffrances. »

Le caractère des peuples et le tumulte de leurs passions : Le livre Love vise à donner tout cela.

Chroniqueur et critique musical, Stéphane Koechlin est le fils de Philippe Koechlin, le fondateur de Rock & Folk. Il a écrit des ouvrages consacrés au blues et au jazz (John Lee Hooker et Le Blues, J’ai lu, coll. « Librio Musique » ; Jazz Ladies, Hors Collection), ainsi que des biographies (Bob Dylan, Épitaphes 11, Flammarion ; Brian Jones, l’âme sacrifiée des Rolling Stones ; Ben Harper et Blues pour Jimi Hendrix, Le Castor Astral ; James Brown, Gallimard ; Michael Jackson, la chute de l’ange, L’Archipel).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Stéphane Koechlin