www.leslibraires.fr
Une vie à brûler
Format
Broché
EAN13
9782823602555
ISBN
978-2-8236-0255-5
Éditeur
Éditions de L'Olivier
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
448
Dimensions
22 x 15 x 2 cm
Poids
504 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

James Salter fait figure de légende. À cet ancien pilote de l'US Air Force, romancier et scénariste à Hollywood, on prêtait un amour excessif du danger, le goût des femmes et une passion pour la France. Et l'on n'avait pas tort, à en juger par son autobiographie. Même si Salter s'y montre moins soucieux d'entretenir la légende que de dire la vérité. C'est pourquoi ce livre, contrairement à tant de mémoires d'écrivains, sonne si juste.

Salter raconte : son enfance à New York dans les années 30, l'influence de son père qui le conduit à West Point, la prestigieuse académie militaire où – fait rarissime pour un juif – il fait toutes ses études avant d'entrer dans l'armée de l'air, la Corée et ses missions de pilote de chasse sur les premiers jets supersoniques.

Il démissionne de l'armée pour se consacrer à l'écriture, devient romancier et scénariste. Dans le récit qu'il en fait, Salter trace d'admirables portraits, de Kerouac à Irvin Shaw, de Robert Redford à Joe Fox : c'est drôle, cruel, un brin nostalgique.

Nécessairement inachevés, ces mémoires sont un tour de force narratif et stylistique. Dans une prose ciselée, un des derniers grands écrivains américains nés avant la guerre jette un regard ironique et grave sur notre époque.

James Salter est né en 1925 à New York. En 1945, il termine ses études d'ingénieur et entre dans l'US Air Force comme pilote. Cette « école » de vie le marque pour toujours. Salter participe à la guerre de Corée, puis il prend la décision d'entrer au Pentagone. Il publie son premier roman en 1956 et démissionne de l'armée pour se consacrer pleinement à l'écriture.

Son troisième roman, Un sport et un passe-temps, lui vaut une réputation internationale. Suivent Un bonheur parfait, L'Homme des hautes solitudes et un recueil de nouvelles, American Express, pour lequel il reçoit le prix PEN/Faulkner en 1988. Distingué par l'American Academy and Institute of Arts and Letters pour l'ensemble de son œuvre, son autobiographie Une vie à brûler a reçu le prix PEN-Center en 1998.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur James Salter