www.leslibraires.fr
Le Grand Méchant marché, Décryptage d'un fantasme français
Format
Broché
EAN13
9782082105934
ISBN
978-2-08-210593-4
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Essais
Nombre de pages
192
Dimensions
21 x 13,5 x 1,7 cm
Poids
225 g
Langue
français
Code dewey
330.122

Le Grand Méchant marché

Décryptage d'un fantasme français

De ,

Flammarion

Essais

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Les Français sont allergiques au marché. Sondages d'opinion et paroles d'experts le confirment dans une belle unanimité : le capitalisme financier est vécu comme une source insupportable d'aliénation et d'inégalités, il détruit l'économie et la société. Ce sentiment de défiance crée un malaise profond chez nos compatriotes et les singularise dans le concert des nations. Or, ce livre en fait l'éclatante démonstration, certains lieux communs du discours anti-capitaliste sont faux et doivent être dénoncés comme tels. Partout, le développement financier est un accélérateur de croissance. Les marchés n'induisent pas la myopie industrielle pour laquelle on les blâme, mais permettent au contraire le financement de projets de longue haleine. La finance n'est ni l'ennemie de l'emploi, ni celle de l'égalité si chère à nos concitoyens. Pour décrypter la signification de ce malaise, un détour par l'histoire de notre pays s'impose. Contrairement à une idée répandue, la France n'était pas prédisposée à l'anti-libéralisme. C'est le succès mal interprété des Trente Glorieuses qui a nourri l'illusion qu'un «autre capitalisme» serait possible. Notre économie reste largement structurée par l'héritage de l'après-guerre. La libéralisation des années 1980, stoppée en rase campagne, a donné naissance à un capitalisme hybride et schizophrène : un patronat hésitant entre sa loyauté au pays, aux actionnaires ou aux salariés, des actionnaires en majorité étrangers et qui ne représentent pas une force politique. Pour rendre au capitalisme sa légitimité, il faut faire des Français les acteurs à part entière d'un capitalisme financier dont ils doivent être les premiers bénéficiaires.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Augustin Landier
Plus d'informations sur David Thesmar