Wis et Râmmin : Roman d'amour persan, roman d'amour persan
Éditeur
Imago
Date de publication
Nombre de pages
192
Langue
français
Langue d'origine
persan
Code dewey
870

Wis et Râmmin : Roman d'amour persan

roman d'amour persan

Imago

Offres

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9782849526309
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      96 pages

      Copier/Coller

      96 pages

      Partage

      6 appareils

    13.99

  • Vendu par Leslibraires.fr
    AideEAN13 : 9782849521335
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    13.99

Autre version disponible

Extrait
Au cours de mes recherches sur les récits historiques et la tradition orale, j'ai eu connaissance de cette histoire. Un Roi des Rois de la dynastie Achkâni, fort réputé, avait pour vassaux d'autres grands rois, dont la vie et le sort dépendaient. La personnalité de ce roi des rois était aussi capricieuse qu'un nuage de printemps ou qu'une averse de pluie. son énergie au travail était celle d'un lion, il guerroyait comme un éléphant. sa présence brillait dans les festins. Grand connaisseur des bons vins, il avait aussi un penchant pour les belles dames. sur une décision de sa part, une nuit obscure pouvait se transformer en une journée ensoleillée. D'est en ouest, le monde entier était sous sa domination. Ce roi était sage et courageux, la vie lui semblait un printemps éternel.
Chaque année, lors des fêtes de Now-Rouz, il donnait un grand banquet auquel il conviait les rois des autres pays ainsi que les Grands et les nobles du royaume et des autres contrées. Étaient aussi invités les héros comme bahrâm, rahhâm, Gocht- Asp, Chapourguili, Cachaniril, le vaillant Virou et Zard, le demi-frère du roi qui était à la fois son confident, son conseiller et son premier ministre. Les festivités se déroulaient aussi hors du palais et de ses jardins, dans les rues et dans les prairies à l'extérieur de la capitale, ainsi que dans toutes les villes du pays, car now-rouz est le premier jour de l'an persan.
Lors de ces fêtes, le roi des rois siégeait au milieu des Grands et des plus belles dames du monde. L'atmosphère était celle d'une chasse où des lions poursuivraient des gazelles sans que ces dernières en soient effrayées et sans que les yeux des lions puissent se rassasier de regarder toutes ces beautés. toutes les mains tenaient une coupe de vin et ressemblaient à une grande branche de narcisse. Les musiciens exprimaient leurs émotions d'une voix plaintive et les rossignols gémissaient sur les branches fleuries. Dans les jardins persans des palais, comme dans les prés le long des rivières, le vin pleuvait dans les coupes. Des convives dansaient auprès des musiciens, d'autres écoutaient les chanteurs. Tous étaient heureux, le roi lui-même manifestait sa joie. Les festivités duraient une semaine, le roi en profitait pour admirer les belles de ce monde, comme Chahrou la Châh-Banou du pays de Mâh-Abad, Abnouche Nasrine, Chirine, Mâh-Peikar, Dinâr-Giss, Zarin-Giss, Farangiss, nâz-Delbar, Âb-Naz, Abnahid, Manijé, Yasamine, Azar-Goon et Lab-Nouch. elles étaient ainsi des milliers de belles femmes aux bouches sucrées, parfumées de jasmin, aux lèvres de pétales de rose qui donnaient envie d'embrasser.
Un jour en pleine fête, le regard du grand roi Manikâm, qui, en raison de son pouvoir religieux, était connu du monde entier sous le nom de Mobèd, tomba sur Chahrou, la Châh-Banou, beauté qui se promenait parmi d'autres beautés. Mobèd ordonna immédiatement que soit préparée une corbeille de roses blanches aux pétales multiples.
S'identifier pour envoyer des commentaires.