Au vu des circonstances exceptionnelles auxquelles nous faisons face, nous avons décidé de suspendre temporairement la possibilité de passer commande de livres papier sur leslibraires.fr. Nous maintenons en revanche la vente d'ebooks. Pour tout savoir sur les ebooks, notre aide en ligne se trouve ici

Noir Roussillon, quinze nouvelles policières
Éditeur
Mare Nostrum Editions
Date de publication
Collection
Polar
Nombre de pages
200
Langue
français
Code dewey
843.087

Noir Roussillon

quinze nouvelles policières

Mare Nostrum Editions

Polar

Offres

  • AideEAN13 : 9782361330255
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      200 pages

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    5.00
Extrait :
Un jour, j'ai eu la surprise de voir George W. Bush entrer dans mon cabinet médical.
Je ne l'ai pas reconnu tout de suite. D'abord parce qu'il était flanqué de deux types beaucoup plus impressionnants que lui, des types qui ne devaient pas plaisanter souvent, et qui m'envoyaient mentalement
des messages du genre: “Toi, t'as intérêt à te tenir à carreau.” Ensuite, parce que s'il y avait quelqu'un que je ne m'attendais pas à voir dans mon modeste cabinet de chirurgie esthétique, à Thuir, c'était bien le président des Etats-Unis d'Amérique. Enfin et surtout parce qu'il était déguisé.
C'est seulement quand il a ôté sa Burka, que j'ai reconnu ce regard identifiable entre mille. Un mélange de simplicité et de... simplicité.
Il n'a pas mieux à faire que de jouer à se travestir ? Surtout en ce moment...Avec ce qui se passe... Et puis ce n'est pas du meilleur goût, j'ai pensé. Mais je me suis abstenu de la moindre réflexion à cause des deux gorilles, “Essaye pas de faire le malin, froggie, on t'a à l'oeil.”
J'ai songé à appeler ma femme pour lui dire, tu ne devineras jamais qui est là, dans mon cabinet... non, pas la voisine... non, pas ton frère... non plus... mais non pas le maire !... George W. Bush ! Si ! Je t'assure !
Sur la tête des gosses! Mais un des garde du corps m'a très vite convaincu de renoncer à cette envie somme toute puérile. “N'y pense même pas !” C'est plus impressionnant en américain, “Don't even think about that, fucking bastard !”, surtout quand cette recommandation vous vient d'une sorte de titan de deux mètres.
– Que puis-je pour vous ? ai-je demandé d'une voix blanche.
[Extrait de la nouvelle Le noeud du problème par Eric Dardill]
S'identifier pour envoyer des commentaires.