www.leslibraires.fr

À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l'Histoire
Format
Objet (globe terrestre, sous-mains, etc.)
EAN13
9782757405864
ISBN
978-2-7574-0586-4
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Littératures
Nombre de pages
322
Dimensions
24 x 16 x 1,8 cm
Poids
527 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
843.91

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l'Histoire

De

Presses Universitaires du Septentrion

Littératures

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

Aragon est un homme marqué par l'Histoire: né en 1897, il a connu les deux
grands conflits mondiaux, mobilisé en 1918 et 1939, l'entre-deux-guerres, la
Résistance, la guerre froide. Dans les romans du _Monde réel_ , un événement
domine tous les autres, la guerre, plus particulièrement la Grande Guerre.
Pendant longtemps, il refusera de la nommer. Mais, quand il répond à l’appel
du roman, il ne peut échapper au « vertige apocalyptique », de telle sorte que
« tous les romans du _Monde réel_ ont pour perspective ou pour fin
l’apocalypse moderne, la guerre ».
La guerre comme apocalypse, catastrophe, mais aussi, étymologiquement
dévoilement. Concevant le roman comme « une machine, au sens moderne de ce
mot, à transformer au niveau du langage la conscience humaine », Aragon pense
la guerre pour montrer le dessous des cartes, les causes profondes du conflit.
S’il se refuse à considérer la catastrophe comme fatale, il suggère la part
d’inintelligible, d’obscur que recèle l’Histoire.
Ce travail de recherche se propose d’analyser comment Aragon, dans le roman,
fait l’expérience de sa pensée, une pensée qui se révèle plus complexe que
celle qui peut se lire dans les déclarations du militant politique qu’il est
aussi. Dans ces œuvres où la réflexion historique est mise au service d’une
ambition romanesque, il confirme que « le roman est [...] un langage qui ne
dit pas seulement ce qu’il dit, mais autre chose encore, au-delà ».
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Marie-France Boireau