La Distinction, critique sociale du jugement
  •  
Format
Broché
EAN13
9782707302755
ISBN
978-2-7073-0275-5
Éditeur
Les Éditions de Minuit
Date de publication
Collection
Le Sens commun
Nombre de pages
670
Dimensions
22 x 14 x 3 cm
Poids
930 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
306.4 - 111.85

La Distinction

critique sociale du jugement

De

Les Éditions de Minuit

Le Sens commun

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie La Mandragore
    32.80

  • Vendu par Librairie Le Livre.com
    Description
    RO80204949: 666 pages. Quelques planches de photographies hors texte en noir et blanc et quelques une dans le texte. COLLECTION LE SENS COMMUN / Table des matières: Titre et quartiers de noblesse culturelle - L'espace social et ses transformations - L'habitus et l'espace dans des styles de vie - La dynamique des champs - Le sens de la distinction - La bonne volonté culturelle - Le choix du nécéssaire - Culture et politique - In-8 Broché. Etat d'usage. Couv. légèrement passée. Dos satisfaisant. Intérieur frais Classification Dewey : 301-Sociologie
    État de l'exemplaire
    Etat d'usage
    Format
    In-8
    Reliure
    Broché
    24.90(Occasion)

Autre version disponible

Classeurs classés par leurs classements, les sujets sociaux se distinguent par les distinctions qu'ils opèrent — entre le savoureux et l'insipide, le beau et le laid, le chic et le chiqué, le distingué et le vulgaire — et où s'exprime ou se trahit leur position dans les classements objectifs. L'analyse des relations entre les systèmes de classement (le goût) et les conditions d'existence (la classe sociale) qu'ils retraduisent sous une forme transfigurée dans des choix objectivement systématiques (« la classe ») conduit ainsi à une critique sociale du jugement qui est inséparablement un tableau des classes sociales et des styles de vie. On pourrait, à titre d'hygiène critique, commencer la lecture par le chapitre final, intitulé « Éléments pour une critique vulgaire des critiques pures », qui porte au jour les catégories sociales de perception et d'appréciation que Kant met en œuvre dans son analyse du jugement de goût. Mais l'essentiel est dans la recherche qui, au prix d'un énorme travail d'enquête empirique et de critique théorique, conduit à une reformulation de toutes les interrogations traditionnelles sur le beau, l'art, le goût, la culture. L'art est un des lieux par excellence de la dénégation du monde social. La rupture, que suppose et accomplit le travail scientifique, avec tout ce que le discours a pour fonction ordinaire de célébrer, supposait que l'on ait recours, dans l'exposition des résultats, à un langage nouveau, juxtaposant la construction théorique et les faits qu'elle porte au jour, mêlant le graphique et la photographie, l'analyse conceptuelle et l'interview, le modèle et le document. Contre le discours ni vrai ni faux, ni vérifiable ni falsifiable, ni théorique ni empirique qui, comme Racine ne parlait pas de vaches mais de génisses, ne peut parler du Smig ou des maillots de corps de la classe ouvrière mais seulement du « mode de production » et du « prolétariat » ou des « rôles » et des « attitudes » de la « lower middle class », il ne suffit pas de démontrer ; il faut montrer, des objets et même des personnes, faire toucher du doigt — ce qui ne veut pas dire montrer du doigt, mettre à l'index — et tâcher ainsi de forcer le retour du refoulé en niant la dénégation sous toutes ses formes, dont la moindre n'est pas le radicalisme hyperbolique de certain discours révolutionnaire. Cet ouvrage est paru en 1979.
S'identifier pour envoyer des commentaires.