Qui a tué Jacques Prévert ?
Format
Broché
EAN13
9782732461052
ISBN
978-2-7324-6105-2
Éditeur
La Martinière
Date de publication
Collection
PHOTOGRAPHIE
Nombre de pages
144
Dimensions
2 x 1 x 0 cm
Poids
494 g
Code dewey
779.4092

Qui a tué Jacques Prévert ?

De

La Martinière

Photographie

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Sabibliothèque
    État de l'exemplaire
    French édition - Article qui n'a jamais été lu en parfait état - Envoi soigné dans un emballage adapté depuis la France
    Format
    26x20x2cm. Broché. 144 pages.
    12.99(Occasion)
« Je suis passée devant mon école primaire.

De l’extérieur, il m’a semblé que des carreaux étaient cassés.

J’ai escaladé la grille et l’ai retrouvée éventrée.

À l’abandon.

Au fil des pas, les souvenirs ont ranimé chaque salle,

chaque couloir de l’école Jacques-Prévert.

Vingt ans plus tard, rien n’a changé,

ou presque. »

Revenue dans son école primaire laissée à l'abandon, Sandra Reinflet évoque ses souvenirs de classe avec poésie et humour. Elle questionne le souvenir d'enfance, comme elle l'avait fait avec le souvenir amoureux dans son précédent livre, Je t'aime [maintenant] publié aux Éditions Michalon en 2012.

Lorsqu’il lui faut décliner une profession, Sandra Reinflet hasarde : « Chanteuse, écrivain, photographe, voyageuse ». Elle pourrait tout aussi bien répondre sculptrice, parce qu’elle passe son temps à modeler le réel. Avec différents outils, elle l’observe, le capture et joue avec, faisant sienne la maxime de Brel « être vieux sans être adulte ». Elle a publié en 2010 Same but different, récit d’un voyage de 14 mois autour du monde à la rencontre de 81 femmes nées, comme elle, en 1981.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Librairie Le Neuf)
3 mars 2014

Coup de coeur de Céline

Sandra Reinflet a retrouvé l’école Jacques Prévert, l’école primaire de son enfance. Laissé à l’abandon depuis plusieurs années, la jeune femme a photographié ce qu’il reste de ce lieu naguère si vivant. De la cour aux salles de classe en ...

Lire la suite