Les hommes dans la prison, roman
Format
Broché
EAN13
9782841582396
ISBN
978-2-84158-239-6
Éditeur
Climats
Date de publication
Collection
CLIMATS FICTION
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
320 g

Les hommes dans la prison

roman

De

Préface de

Climats

Climats Fiction

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

« Quand, dans la maison de force, je résistais à la tuberculose, au détraquement, au cafard, à la misère morale des hommes, à la férocité des règlements, je voyais déjà une sorte de justification de ce voyage infernal, dans la possibilité de l'écrire. Parmi les milliers de misérables broyés par la prison - une prison que peu ne connaissent ! - j'étais sans doute le seul qui pût tenter un jour de tout dire... Il n'y a pas de héros de roman dans ce roman, à moins que la terrible machine, la prison, n'en soit le véritable héros. Il s'agit non de "moi", non de quelques-uns, mais des hommes, de tous les hommes écrasés dans ce coin noir de la société. » La trilogie de romans que nous présentons ici - Les hommes dans la prison, Naissance de notre force et Ville conquise - reflète la vie aventureuse de leur auteur, le révolutionnaire Victor Serge (1890-1947). Né à Bruxelles de parents russes anti-tsaristes, il s'engage à quinze ans dans l'anarchisme. En 1913 Victor est condamné à cinq ans de pénitencier suite à l'affaire dite des "Bandits tragiques". Expulsé de France en 1917, il rejoint à Barcelone les anarcho-syndicalistes, puis répond à l'appel de la révolution russe. Après avoir été une nouvelle fois arrêté en France, il arrive à Petrograd en 1919. Ce périple est la trame de Naissance de notre force. Mais la Révolution que rejoint Serge connaît la famine, le froid et la Terreur blanche, et y répond par la Terreur rouge. Cette tragédie, Serge la raconte dans le troisième roman de cette série, Ville conquise. Opposant inconditionnel au régime totalitaire, Serge est arrêté dès 1928, mais est relâché par Staline en 1936 suite à l'intervention de Romain Rolland. De retour en Europe il dénonce les Procès de Moscou, s'engage avec le POUM dans la révolution espagnole, et traduit Trotski. En juin 1940 il quitte Paris, vit un moment à Marseille aux côtés de Varian Fry et André Breton, et part en exil au Mexique. Il s'acharne à écrire, sans espoir de publication, et termine ses deux chef d'?uvres, Mémoires d'un révolutionnaire et L'Affaire Tulaèv, avant de mourir sans le sou en 1947. Longtemps marginalisé par l'influence des communistes, Serge jouit au XXIe siècle d'un regain d'intérêt avec des traductions en une dizaine de langues et de multiples rééditions en France. R. G.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Victor Serge