Les derniers feux de la Belle Epoque / chronique culturelle d'une avant-guerre (1913-1914)
Format
Broché
EAN13
9782021137583
ISBN
978-2-02-113758-3
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
HISTOIRE
Nombre de pages
128
Dimensions
18 x 13 x 1 cm
Poids
232 g

Les derniers feux de la Belle Epoque / chronique culturelle d'une avant-guerre (1913-1914)

Seuil

Histoire

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par La Promesse de l'aube
    16.50

  • Vendu par Librairie Laubrière
    État de l'exemplaire
    Perrin 2002 (retirage Grand Livre du Mois de la même année), in-8 couverture souple illustrée, 432 p. (bel état) Cahiers illustrations, annexes, bibliographie et index. Si l'expression "Belle Epoque" ne tient pas compte de la dure condition de beaucoup de Français, l'historien relève avec justesse tout ce qui a concouru à rendre lumineuses ces années et particulièrement l'exceptionnelle floraison artistique et musicale.
    12.00(Occasion)

« En 1913, et même en 1914, jusqu’au bris de sceau de la paix internationale, on a vécu dans ce qu’on pourrait appeler l’inconscience – un mot que seul notre savoir postérieur permet. Il faut donc faire preuve d’imagination : la guerre de Troie, pour plagier Giraudoux, pouvait ne pas avoir lieu. Mieux, aux yeux de beaucoup, elle n’était guère imaginable.

On peint, on écrit des pièces, on fait des romans, on applaudit à l’Opéra, on goûte les joies de la bicyclette et, pour les plus aisés – une minorité, certes, mais ils donnent le ton –, les sensations de l’automobile, celles plus récentes de l’aviation. De partout, écrivains, peintres, musiciens accourent à Paris, Ville lumière sans doute à son apogée, et qui résonne de tous les courants de la culture mondiale. « Belle Époque », oui, dans le domaine de la création artistique, littéraire, musicale, scientifique et technique, dont l’avant-guerre 1913-1914 est le point d’orgue.

Afin de ne pas fixer ces récits dans les productions de l’élite – et en particulier de l’élite parisienne –, j’ai fait leur place aux grands héros de la littérature populaire, comme Arsène Lupin, ou du cinématographe, comme Fantômas, aux champions des stades et aux as de l’aéronautique, qui ont soulevé les ferveurs populaires. »

Professeur émérite des Universités à Sciences Po. Auteur de nombreux ouvrages, il a obtenu le prix Médicis essai pour Le Siècle des intellectuels (1997) et le prix Goncourt de la biographie pour Madame de Staël (2010).
S'identifier pour envoyer des commentaires.