www.leslibraires.fr
Fils de saints contre fils d’esclaves, Les pèlerinages de la Zawya d’Imi n’Tatelt (Anti-Atlas et Maroc présaharien)
Éditeur
Centre Jacques-Berque
Date de publication
Collection
Description du Maghreb
Langue
français
Code dewey
306.6970964

Fils de saints contre fils d’esclaves

Les pèlerinages de la Zawya d’Imi n’Tatelt (Anti-Atlas et Maroc présaharien)

Centre Jacques-Berque

Description du Maghreb

Offres

  • AideEAN13 : 9791092046151
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    6.49
Ce travail, issu de la thèse de doctorat de l’auteur, est parti d’une question
: comment le grenier collectif de l’Atlas (agadir) survit-il à la « modernité
», alors que, partout ailleurs dans le Maghreb, il s’est définitivement éteint
? Les terrains de recherche conduits durant plusieurs années, du Haut-Atlas à
l’Anti-Atlas (300 greniers actifs, moribonds ou ruinés), dans l’objectif
d’actualiser les données coloniales, soutiennent l’idée d’une communauté
élargie au-delà des liens du sang, dont l’institution collective de l’agadir
sacré affirme l’identité. Car c’est à dates fixes de chaque année que toutes
les tribus possédant un grenier actif apportent leurs dons aux grandes zawya-s
méridionales, placées sur les franges présahariennes, et renouvellent alors
leur allégeance par serment aux grands saints régionaux (Imi n’Tatelt,
Tamegrout, Tazerwalt, Timggilsht). Relation singulière décrite ici pour la
première fois et qu’il convient d’appeler « système du grenier », par lequel
circule une partie des biens nourriciers produits dans ces régions, rendant
indispensable le grenier. Les circulations de dons apparaissent bien comme les
prestations totales d’un système articulé autour de la baraka>. Ainsi que le
montre, d’abord, le réseau des greniers de villages des Ayt Ubiâl (Sirwa),
puis celui des tribus réunies en masse autour de la zawya d’Imi n’Tatelt
(Anti-Atlas oriental). Les règles cependant évoluent, polarisées par les deux
institutions que sont la religion, d’une part, et le patrimoine, de l’autre,
selon des logiques de rupture, d’effacement des mémoires et de réécriture des
pratiques individuelles et collectives. Cet ouvrage présente de façon inédite
le réseau du sacré qui irradie à partir de l’une des trois zawya-s les plus
importantes du Sud marocain : celle constituée au milieu du XVIe siècle autour
de la personne de Sîdî Mhammd Û Yaqûb, au cœur de l’Anti-Atlas. Aujourd’hui
comme autrefois, les promesses se perpétuent, comme l’avait prédit, avec une
stupéfiante précision, le Testament mystique du saint. On exige peu, mais le
nombre des communautés affiliées est tel que les offrandes sont en quantité.
Cette zawya fait ainsi office d’énorme magasin, réceptacle des dons en nature
de toutes les tribus liées par serment. Crédits photographiques : © Salima
Naji & David Gœury. Cet ouvrage est publié au Maroc en co-édition par DTG
Société Nouvelle avec le soutien du Centre Jacques Berque et de l'Agence du
Sud. Contact : lescinqpartiesdumonde@gmail.com
S'identifier pour envoyer des commentaires.